Pas de pied pas de cheval!

Pied nu cheval
par Équinessentiel dans Parage | 11 commentaires

Pas de pied, pas de cheval ! Comme souvent, ce dicton populaire traduit une réalité qui se constate sur le terrain. Et dont les chevaux ont bien conscience, ce qui explique leur hésitation à poser le pied sur un sol dont ils ne sont pas sûrs !

 

Le pied du cheval est vivant, et comme toute structure vivante, il a besoin de mouvement pour rester en bon état. Il faut que la corne travaille pour garder sa souplesse et se fortifier. Par exemple, l’épaisseur de la sole et sa dureté augmentent avec les contraintes et les frottements qui lui sont imposés. Ce qui veut dire que plus le cheval marche sur les cailloux plus sa sole devient solide et plus il est à l’aise sur ce type de terrain. Les zones d’usure du pied donnent aussi beaucoup d’indications au pareur concernant la façon dont le cheval utilise son pied et donc sur les corrections à apporter (je vous en dirai plus dans un prochain article). Le cheval doit donc marcher le plus possible, et son pied doit pouvoir s’user. Vous êtes-vous déjà demandé si un pied peut s’user normalement avec un fer?

 

Extérieurement, le pied du cheval est composé de trois parties principales : la paroi, la sole et l’ensemble fourchette – glômes. Avez-vous déjà observé un cheval marcher sur un terrain irrégulier? Si vous faites attention à la façon dont il pose ses pieds, vous verrez que l’arrière du pied pose en premier. Cela car l’ensemble fourchette – glômes forme une structure souple qui, avec le coussinet plantaire qui se trouve juste en dessous, sert à amortir le choc lors du poser du pied au sol et à empêcher qu’il ne glisse en descente. Quant à la pince, elle lui sert à se tirer en avant, un peu comme nous le faisons avec nos doigts repliés en crochets sur un mur d’escalade. La paroi participe à la détection du terrain et de ses irrégularités tout en protégeant les structures internes du pied. La sole, elle, est dure pour protéger l’os du pied et conserve un caractère élastique qui permet l’ouverture du pied lors du poser. Un pied nu est donc créé pour permettre au cheval d’évoluer sur toutes sortes de terrains en toute sécurité. On me dit souvent qu’un pied nu glisse sur le sable, la neige ou la glace : si le fer permet l’adhérence du pied, pourquoi les semelles de nos chaussures ne sont-elles pas lisses et métalliques? Si elles l’étaient, ne ressembleraient-elles pas davantage à des skis, dont la fonction est justement de glisser??

 

Pied nu cheval pieds nus chevaux parage orthopédie pareur ostéo ostéopathe ostéopathie magnétisme magnétiseur équin équine haute savoie 74 rhône alpes gex genève 2

 

C’est le pied qui amortit les chocs lors du poser du membre, grâce au coussinet plantaire qui en s’écrasant sous le poids du corps s’élargit et pousse sur les cartilages ungulaires puis la paroi du sabot, transformant ainsi les forces de pression verticales en forces de pression horizontales (explications sur le schéma ci-dessous). Ces forces de pression horizontales vont être en partie absorbées par l’écartement de la paroi et l’élargissement du pied : pour préserver ce système, la paroi doit rester libre de bouger! Si ce n’est pas le cas, les forces restent verticales et ce sont les articulations qui amortissent le choc. Avez-vous déjà regardé un patineur artistique effectuer un saut et se réceptionner sur la glace? Trouvez-vous que la lame des patins permette un bon amorti à la réception? C’est à cela que ressemble la réception d’un cheval ferré lors d’un saut.

 

Le mouvement du pied est aussi ce qui permet au pied de jouer son rôle de pompe pour la circulation veineuse et lymphatique dans le membre. Car le cœur du cheval a suffisamment de force pour amener le sang jusqu’à ses pieds mais pas assez pour le faire remonter jusqu’à lui. On dit donc que le cheval a cinq cœurs, chaque pied en étant un ! Et comment fonctionne un cœur? Par une succession de contractions qui propulsent le sang dans les artères et décontractions qui permettent au cœur de se remplir à nouveau. Et bien le pied du cheval fonctionne de la même façon. Lorsqu’il se lève, les vaisseaux sanguins qu’il contient se remplissent de sang, et lorsqu’il se pose ces vaisseaux sont comprimés et le sang propulsé dans les veines. Alors ne pensez-vous pas qu’un fer posé sur le pied de votre cheval risque de l’empêcher de se contracter et de se décontracter comme tout cœur en bonne santé doit pouvoir le faire? Si les quatre pieds du cheval ne jouent pas leur rôle de pompe correctement, c’est son cœur qui se fatigue.

 

Plusieurs théories existent quant au fonctionnement exact du système d’écartement de la paroi et de pompe. Toutes reconnaissent le rôle des cartilages ungulaires qui compriment finalement les vaisseaux sanguins et poussent sur la paroi. Certains pensent qu’ils sont eux-mêmes poussés par le coussinet plantaire, d’autres disent que c’est la descente de la deuxième phalange au niveau de la couronne qui les écarte. Dans les deux cas, le résultat est le même. Ci-dessous, la première hypothèse représentée.

 

Le pied du cheval : rôle d'amortisseur et de pome

 

Pour la même raison, la sensibilité d’un pied ferré est moins forte car l’irrigation des structures internes du pied est extrêmement diminuée! Or le pied est aussi sensible pour une bonne raison : parce qu’ il renseigne le cheval sur la nature et l’état des terrains sur lesquels il évolue. Alors certes, un cheval ferré peut passer tout son temps sur des terrains souples et galoper du jour au lendemain sur des cailloux sans aucune préparation, mais il a le pied moins sûr et sait moins facilement se préserver d’une blessure. Sans compter que son pied mal irrigué se guérit beaucoup moins bien en cas de blessure. Logique, puisque c’est le sang qui apporte leur carburant (oxygène et nutriments) aux cellules, qui évacue les déchets qu’elles produisent en fonctionnant et qui apporte les matériaux nécessaires à la reconstruction  des tissus!

Alors pourquoi ferre-t-on les chevaux? Bonne question… Il y a quelques bonnes centaines d’années, les hommes ont commencé à ferrer leurs chevaux lorsqu’ils partaient en conquêtes sur leur dos et parcouraient des dizaines de kilomètres par jour, car alors l’usure des pieds était trop rapide. Les coursiers les ont ferrés pour la même raison. Puis le fer a protégé les pieds de la pourriture dans les stalles dont l’hygiène laissait à désirer. Mais dans les campagnes les chevaux sont restés pieds nus les fers coûtaient trop cher et abîmaient les champs et les chemins.  Aujourd’hui on les ferre parce qu’on a toujours vu des chevaux ferrés. Il est peut-être de temps de remettre en cause certaines transitions ancestrales, non? Alors croyez-vous que la situation de votre cheval se rapproche d’une des deux raisons ayant rendu nécessaire le recours aux fers? Si on s’en était toujours tenu aux traditions, les femmes n’auraient toujours pas le droit de vote!

 

Pour en revenir à notre sujet, le pied est aussi le point de contact du membre avec le sol. De sa qualité va dépendre en partie l’aplomb de celui-ci, ainsi que les tensions subies par les tendons et les contraintes imposées aux articulations. De mauvais aplombs imposent une répartition inégale du poids sur les surfaces articulaires et sont donc responsables d’une apparition précoce d’arthrose. Ces inégalités sont compensés par les tendons, qui sont soumis à des forces anormales par-rapport à leur structure : la fatigue engendrée fragilise le tendon et augmente le risque de blessures telles que les tendinites. Je pourrais en écrire bien d’avantage sur la question des aplombs, leurs conséquence sur le reste du corps et la façon dont on peut les corriger, mais je détaillerai la question dans de prochains articles! Vous pouvez déjà retenir que tout le corps qui est affecté si le cheval a de mauvais pieds !

 

Je voudrais ajouter pour ceux qui connaissent un peu l’acupuncture ou le shiatsu que les douze méridiens principaux en Médecine Chinoise finissent au niveau de la couronne : santé des pieds et circulation de l’énergie sont donc intimement liés!

 

Les pieds du cheval : méridiens

 

Voici donc quelques questions à vous poser :

– Savez-vous reconnaître un pied bien paré, en bonne santé et qui fonctionne correctement? ( pensez à suivre un stage sur le pied du cheval )

– Que voulez-vous faire avec votre cheval et pensez-vous que pour cette activité il vaut mieux qu’il soit ferré?

 

Laure Souquet
laure.souquet@wanadoo.fr
0033 (0)6 19 12 02 37

 


Étiquettes : , , , , ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Sarah

    Tiens tiens, très intéressant, je soupconne une intoxication via le foin chez une de mes juju qui vient de faire 2 méga gros abcès en même temps qui ont percé pour l’un entre les glome du postérieur droit et pour l’autre en couronne du postérieur gauche en interne.
    Que doit on y voir?
    Elle est depuis sous drainage homéo bricolé comme le PVB abcès car 8 jours pour l’avoir puis sous ekyrénal…

  2. Pingback: Bien s'occuper de son cheval en hiver | Animal Balance - Ostéopathie animale

  3. Pingback: Les chevaux pieds nus en extérieur | Animal Balance - Ostéopathie animale

  4. Pingback: La santé du cheval, un ensemble | Animal Balance - Ostéopathie animale

  5. Annie Banville

    Tres intéressant ces articles sur les pieds!

      • Oui
        Merci pour les réponses que vous me donnés mais les utilisations du pied du cheval il y en a trois:

        -?
        -propulsion
        -amortisseur

        Pouvez-vous me dire quelle est le premier svp

          • Si c’est pour votre galop, mieux vaut donner les réponses notées dans votre livre des galops si vous souhaitez être bien notée!

  6. Pingback: Quand parer son cheval ? - Veto Aixe 87

  7. Pingback: Ma façon de parer | Équinessentiel

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!