Selle adaptée

par Équinessentiel dans Ostéopathie | Un commentaire

Comment avez-vous choisi la selle de votre cheval? Sur quels critères? La faites-vous vérifier régulièrement? Par qui? Pour quelle raison?

 

En tant que thérapeute holistique, je vois de nombreux chevaux chaque jour. Et je constate très souvent des problèmes dus à une selle inadaptée au dos du cheval. Ces problèmes sont les suivants : fonte musculaire des trapèzes (muscles situés à l’arrière du garrot), points de pression causant douleurs voire blessures, frottements irritant la peau, blocages des épaules, blocages de la charnière thoraco-lombaire (jonction entre dos et rein), pectoraux et/ou abdominaux douloureux, etc. Sans parler des selles qui entretiennent des dissymétries musculaires.

 

L’adéquation de la selle au dos du cheval est primordiale si on souhaite qu’il conserve longtemps un bon dos et du plaisir au travail. Il est clair que trouver une selle adaptée à son cheval demande du temps et un investissement pécunier qui peut être important. Cependant, pensez bien que les frais que vous ferez pour un bon matériel vous feront limiter vos frais vétérinaires et ostéopathiques. Encore une fois, mieux vaut prévenir que guérir!

 

La selle repose sur le dos du cheval et fait le lien entre celui-ci et les fesses du cavalier. Jusqu’ici, je ne vous apprends rien. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce que cela impliquait?

 

Lorsque vous êtes en selle, votre poids vient se poser dans la selle et à travers elle sur le dos du cheval. La pression se trouve répartie entre tous les points de contact entre la selle et le dos du cheval. Il faut donc que la surface de contact soit la plus grande et la plus régulière possible pour éviter l’apparition de points de pression. La selle doit reposer sur toute la surface des muscles para-vertébraux, sans interruption, mais par contre elle doit avoir une gouttière suffisamment large pour bien dégager la colonne vertébrale. Par exemple, certaines selles trop serrées autour du garrot ne vont être en contact qu’au niveau de deux points autour de celui-ci et deux points au niveau des dernières dorsales, laissant libre l’intervalle entre ces deux zones. Imaginez tout le poids à porter sur de si petites surfaces! Très vite, des contractures apparaissent au niveau des points de pression ainsi formé et les muscles, qui ne travaillent donc plus, fondent. D’autres selles ont une gouttière trop étroite pour la colonne du cheval. Alors, les épineuses sont comprimées par les bords de la gouttière. Avez-vous déjà palpé cette partie du dos de votre cheval? Faites le, et vous constaterez qu’en haut de la colonne il n’y a plus de gros muscles pour protéger les épineuses. Elles affleurent directement sous la peau, comme les nôtres. Un pincement à ce niveau est donc très douloureux! Enfin, une des parties les plus mobiles de la colonne vertébrale du cheval se trouve être la limite entre son dos et son rein. Elle se situe au niveau de la dernière côte. Faites remonter votre doigt le long de cette côte et continuez jusqu’aux vertèbre. Vous trouverez la dernière dorsale, située juste avant la première lombaire. Cette charnière étant très mobile, notamment en flexion-extension, elle doit absolument pouvoir bouger librement. Pour cette raison, la selle ne doit jamais la recouvrir! Une selle trop longue limiterait le mouvement de cette charnière et donc celui de tout le dos du cheval, qui devrait compenser avec ses membres ce manque d’amplitude du dos. Il aurait le dos figé et de nombreuses tensions notamment tendineuses au niveau des membres.

 

Saddle-fitting-cheval-chevaux-selle-adaptée-choisir-choix-dos-seller-amortisseur-tapis-padd-correcteur-haute-savoie-gex-annemasse-annecy

 

Pour éviter au cheval de souffrir lorsque vous vous asseyez sur son dos, il est donc important que la selle soit adaptée à la longueur et à la forme de son dos. Et elle doit être correctement positionnée. C’est à dire qu’elle doit passer en arrière de l’épaule afin de ne pas gêner le mouvement de celle-ci. Cela semble évident, n’est-ce pas? Et pourtant dans les clubs on apprend encore à poser la selle sur le garrot du cheval, bien en avant. Placée ainsi, elle gêne le cheval à chaque pas. Difficile alors d’attendre de lui de belles allures ou un bon coup de saut! Pensez-y bien lorsque vous sellez votre cheval. Le harnachement est censé être là pour lui rendre l’activité plus agréable, pas pour le gêner ni le blesser! Il serait dommage d’acheter une selle bien adaptée à votre cheval et de perdre tout le bénéfice de cette recherche en la positionnant mal.

 

De même, les amortisseurs et les tapis épais peuvent poser problème. Cette épaisseur supplémentaire rend votre selle plus étroite, notamment au niveau de l’arcade et de la gouttière, et cela risque de compromettre sa bonne adéquation au dos du cheval. Pour ce qui est de l’amortisseur, ce sont les matelassures qui sont censées remplir ce rôle. Donc, à moins qu’il s’agisse d’une façon de corriger un défaut de la selle, vous pouvez vous en passer. Quant au tapis, savez-vous quel était son usage d’origine? Servait-il au confort du cheval? Non, car il risque surtout de causer des frottements au niveau du garrot et de former des plis qui seront autant de points de pression. A l’origine, il servait simplement à protéger la selle de la poussière et de la sueur du cheval! Dès lors, nul besoin d’en mettre d’épais. Un tapis fin et qui ne fasse pas de plis suffit amplement.

 

Donc, une selle doit respecter la forme du dos du cheval et être correctement positionnée. Mais elle doit aussi s’adapter à son mouvement, ou plutôt à vos mouvements à tous les deux!

 

En effet, lorsque le cheval se met en mouvement, son dos bouge à chaque pas. Et à chaque pas la selle bouge sur son dos et vos fesses bougent dans la selle…. Imaginez les chocs et les tensions énormes dans son dos à chaque mouvement! Pour qu’ils soient les moins importants possibles, deux éléments sont très importants. Devinez-vous lesquels? C’est simple! La selle et votre position. Tout d’abord, la selle doit être adaptée au dos du cheval en statique mais aussi en mouvement. C’est à dire qu’il ne doit pas non plus y avoir de points de pression lorsque le cheval monte son dos par exemple. Elle doit aussi être suffisamment flexible pour se déformer un minimum lors des mouvements du dos et des changements dans la répartition de votre poids sur celui-ci. Bien sûr, quelle que soit la qualité de la selle, elle ne pourra jamais compenser tous vos défauts d’assiette. Il vaut toujours mieux une selle mal adaptée et un bon cavalier que l’inverse. Ceci dit, là n’est pas l’objet de cet article. Alors pour ce qui est de la position je vous invite à consulter cette page :  Équitation posturale. Et en attendant, mieux la selle de votre cheval sera adaptée à son dos et mieux elle absorbera vos difficultés à suivre le mouvement!

 

Trouver la selle la mieux adaptée à votre cheval tout en respectant au mieux votre budget, c’est le rôle du saddle fitter. Pourquoi un nom anglais pour ce métier? Tout simplement parce qu’il nous arrive d’Angleterre. Rien d’étonnant à cela, les Anglais sont bien plus avancés que nous pour ce qui est de la conscience du bien ou du mal être des animaux. A nous donc, si le cœur nous en dit,  d’inventer un nom français à ce métier! Donc, le saddle fitter est une personne formée à évaluer l’adéquation d’une selle au dos d’un cheval. Il peut vérifier votre propre selle, vous aider à trouver des solutions pour l’adapter au mieux au dos de votre cheval, par exemple avec un padd correcteur, ou bien vous diriger vers une autre selle, neuve ou d’occasion, si la vôtre ne convient vraiment pas. Cela, un bon sellier peut aussi le faire, je suis d’accord. Simplement, il ne vous parlera que de la marque qu’il vend et ne se déplacera pas forcément pour une selle d’occasion.

 

Pour ma part, j’ai fait appel à une saddler fitter pour trouver des selles adaptées à mes chevaux et que je pourrai modifier au fur et à mesure de leurs changements morphologiques. Car c’est l’un des principaux problèmes que l’on rencontre avec les selles. Tout au long de sa vie, le cheval change. Et pas seulement au cours de sa croissance, qui s’achève entre 7 et 9 ans environ. Il change aussi au cours des saisons, et en fonction de son activité. Modifications de poids et de musculature sont constantes chez tous les chevaux et remettent constamment en conscience l’adéquation de la selle à son dos. J’ai donc une préférence pour les modèles un tant soit peu modulables.

 

Saddle-fitting-cheval-chevaux-selle-adaptée-choisir-choix-dos-seller-amortisseur-tapis-padd-correcteur-haute-savoie-gex-annemasse-annecy-2

 

Pour trouver le bonheur de mes chevaux, j’ai fait appel à Clémence Duffieux, saddle fitter en Haute Savoie et en région Lyonnaise. Voici comment la séance s’est déroulée.

 

Pour commencer, Clémence a pris le temps de faire connaissance avec les chevaux, préalable sine qua non au bon déroulement de tout échange avec eux! Puis, pour chacun d’eux, elle a pris les mesures de son dos, d’abord de façon générale. Longueur du dos, largeur de colonne, ouverture du garrot etc. Ensuite, comme nous partions sur des modèles modulables, elle nous a présenté les marques envisageables. Nous avons pris pour chacun les mesures spécifiques à chaque marque, puis nous en avons essayé des modèles, en statique et en dynamique. Parce qu’il ne suffit pas de prendre des mesures. Il faut aussi vérifier que la forme de l’arçon, sa courbure, la forme des matelassures, sont adaptées au cheval. Par exemple, pour un dos court, il vaut mieux des matelassures qui remontent fortement et libèrent l’arrière du dos plutôt que des matelassures plates. Et si la selle semble adaptée en statique, il faut vérifier qu’elle ne bouge pas en mouvement. C’est à dire qu’elle ne recule ni n’avance, et qu’elle colle bien au dos du cheval quelle que soit l’allure.

 

A la fin de la séance, nous avions choisi une marque de selle, trouvé une selle d’occasion adaptée à Zéphyr, et sélectionné une sangle qui réduise au maximum les pressions au niveau de son thorax, et nous avions pris les mesures de Phoebus pour en trouver une autre pour lui. Quant à Valo et Kiano, la selle de Kevin leur va à tous les deux grâce à un padd correcteur. Mais comme nous pouvons être amenés à les monter en même temps, nous avions aussi pris leurs mesures pour une deuxième selle.

 

C’était une expérience très positive, qui nous a permis de nous orienter vers les meilleures selles pour préserver le dos de nos chevaux tout en suivant au mieux leurs évolutions morphologiques. Vous l’avez compris, c’est essentiel pour leur santé, pour qu’ils gardent du plaisir au travail, et pour que leur dos puisse se muscler correctement. Autant de bonnes raisons de ne pas négliger l’importance de la selle!

 

Merci à Clémence pour sa participation! 

 

Laure Souquet
0033 6 19 12 02 37
laure.souquet(a)wanadoo.fr

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Pingback: Le dos du cheval | Équinessentiel

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!