Un poulain comme premier cheval, une bonne idée ?

L'équitation éthologique, pour quels cavaliers et chevaux ? Laure Souquet ostéopathe équine et cavalière - Equinessentiel
Equitation dite éthologique, pour quels cavaliers ?
20 mars 2021
Une approche du cheval douce et féminine, dans le respect et l'amour - De Femme à Cheval, développement personnel auprès des chevaux
Une approche féminine pour connecter avec le cheval en douceur !
21 juillet 2021
Un poulain comme premier cheval pour un débutant ? Laure Souquet Equinessentiel

« J’aimerais choisir un poulain comme premier cheval, qu’en pensez-vous ? » Ah, cette fameuse question !! On me la pose si souvent que j’ai décidé d’y répondre au travers d’un article lorsque je l’ai lue dans l’un de vos messages hier soir encore.

 

Pourquoi devenir propriétaire d’un cheval ?

Je pense qu’avant de choisir un cheval avec lequel cheminer, il est intéressant de se poser pour bien réfléchir. Pourquoi cherchez-vous un cheval ? Pour quelle raison sentez-vous le besoin d’être propriétaire d’un cheval plutôt que d’évoluer auprès d’un cheval d’une structure équestre ? Vous qui me suivez êtes généralement des femmes rêvant de créer une relation belle et harmonieuse avec un compagnon équin. Vous souhaitez un cheval qui soit le vôtre pour partager avec lui quelque chose d’unique. Pour vivre à ses côtés une aventure transformatrice et nourrissante. Je vous comprends complètement car c’est ce qui m’a toujours attirée vers les chevaux ! Et de telles aventures j’en vis quotidiennement depuis de nombreuses années, et j’aide nombre d’entre vous à en vivre.

C’est pourquoi je peux vous poser ces questions : Pourquoi une relation serait-elle plus forte si on la construit avec un être « neuf » plutôt qu’avec un être disposant d’une riche expérience de vie ? Quelle serait la différence entre vivre une belle aventure avec un cheval déjà formé et laisser d’autres personnes former votre poulain pour vous ? Pensez-vous qu’un cheval cesse un jour d’apprendre et que donc une fois éduqué par un autre il perd sa « valeur » ? Sa capacité à vous guider au quotidien ? Pour moi, l’âge d’un cheval est sans rapport avec sa capacité à aimer et à se laisser aimer. J’ai rencontré des chevaux de plus de 20 ans qui m’ont transformée en quelques secondes à peine. Ce sont des professeurs merveilleux pour qui sait leur ouvrir son cœur !

 

A jeune cheval vieux cavalier, à jeune cavalier vieux cheval

N’importe quel cheval peut vous enseigner des milliers de choses. Cependant, il est de votre intérêt comme du sien de bien choisir votre compagnon. Et je sais que vous avez déjà entendu cet adage et qu’il vous a peut-être agacée. Mais la sagesse populaire n’est pas toujours dénuée… de sagesse ! Construire un mode de communication inter-espèce demande un apprentissage. De votre part comme de celle du cheval. Or, mon expérience auprès de très nombreux couples humain / cheval m’a montré qu’il est très difficile d’apprendre en même temps que le cheval. D’où ce fameux adage.

Lorsque vous commencez à travailler à pied ou en selle, vous découvrez un nouveau langage. Vous apprenez à sentir et à utiliser votre corps comme vous ne l’aviez jamais fait avant. A prendre conscience de votre position dans l’espace. A écouter et à utiliser votre intuition. Et à comprendre le cheval, ses instincts, ses réactions, ses modes d’apprentissage, etc. A ce stade, échanger avec un poulain est très compliqué ! En effet, il n’a pas encore appris, lui non plus, à composer avec l’être humain. A gérer ses erreurs et ses hésitations. Il se développe, il grandit, et il a besoin de guides bien ancrés, sûr d’eux et rassurants auprès de lui. De même que vous pouvez facilement perdre confiance en vous comme en lui si le cheval qui vous accompagne dans ces apprentissages est impatient, distrait ou a des réactions imprévisibles ou de défense.

 

Du poulain au cheval adulte

Qui ne fondrait pas devant un poulain ? Bien sûr qu’ils sont adorables ! Cependant, un poulain ne reste pas poulain sa vie durant. Comme tous les animaux – humains y compris – il grandit. Et ce développement ne va pas sans heurts. Les premières années, ils apprennent les limites, ce qu’ils peuvent faire ou non avec un être humain. Il est important de bien gérer ces débuts car il est parfois difficile de rectifier de mauvaises habitudes prises à ce stade. Par exemple, pousser, charger, mordre, envoyer es postérieurs, etc. Jusqu’à quatre ans environ, ils ne sont que jeu et curiosité. Tout les attire, rien de leur fait peur, ou presque. Vers l’âge de 5 ou 6 ans, ils sont « adolescents » et commencent à affirmer leur caractère à mesure qu’ils prennent conscience de leur force. C’est souvent un passage très difficile pour les propriétaires. Ils ne reconnaissent plus leur gentil poulain ! Puis entre 7 et 9 ans le cheval devient adulte et finit de murir sur tous les plans. Physiquement, émotionnellement, psychologiquement.

Choisir un poulain, c’est comme adopter un bébé. On ne peut avoir aucune idée de celui ou celle qu’il sera une fois adulte. Ni des épreuves qu’il nous faudra franchir avec lui. Or, un cheval fait environ 500kg et régit par la crainte et la fuite. Il peut s’avérer très dangereux pour lui-même et pour l’humain lorsque celui-ci commet des erreurs. Choisir un cheval adulte comme premier compagnon, c’est donc un choix sage pour vous comme pour lui.

 

Souvenez-vous que les exceptions confirment les règles !

Evidemment, il existe de belles histoires qui peuvent contredire ce conseil. Des histoires de débutants qui ont beaucoup appris en choisissant un poulain comme premier cheval. Mais souvenez-vous que s’il existe des exceptions, c’est bien parce qu’il y a une règle de base. Depuis des années que je rencontre des cavaliers, j’ai vu bien plus souvent des échecs que des réussites. J’ai vu des gens se faire charger par leurs poulains. Ces poulains leur envoyer violemment les postérieurs en reculant vers eux. J’ai vu des cavaliers tremblant de peur à l’idée d’aller mettre un licol à leur poulain et de les tenir pour un soin. De jeunes chevaux devenus brutaux parce que poulains ils avaient appris à ne pas faire cas de l’humain. Chaque fois, les gens finissent par trouver une personne comme moi pour rééduquer leur poulain. Et ça fonctionne. Mais ça n’efface pas la peur qui s’est ancrée en eux ni la réserve qu’ils gardent ensuite dans toutes leurs relations avec des chevaux.

C’est pourquoi je vous conseille de choisir comme premier compagnon un cheval sage, adulte, expérimenté. Un cheval qui pardonnera vos erreurs. Qui comprendra vos demandes même si elles manquent de précision. Qui a tant à enseigner, à donner et à recevoir, mais dont vous ne porterez pas la responsabilité de toutes les premières fois. Vous verrez que déjà ainsi l’expérience sera plus dure et plus formatrice que vous ne l’auriez jamais imaginé ! Et un jour, peut-être, vous vous sentirez d’éduquer un poulain.

 

Et si je suis bien entourée ?

Oui, vous me la posez toutes, cette question là aussi ! Bien entourée, ce serait plus facile certainement. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Et combien cela couterait-il ? Etre bien entourée, ce serait avoir autour de vous des personnes compétentes et bienveillantes au quotidien. Des personnes disposées à vous enseigner. A vous entourer lors de toutes vos premières fois. Et à  prendre votre place lorsque vous ne vous sentez pas de gérer tel ou tel problème. A débourrer votre poulain. Peut-être aussi à le monter lorsque son caractère et sa force se développeront et qu’il sera plus délicat. Ce serait génial ! Une formidable possibilité d’apprendre avec un poulain comme premier cheval !

Mais connaissez-vous déjà cette personne ? Avez-vous déjà constaté la valeur de son expérience et de ses compétences ? Avez-vous vérifié qu’elle est bien prête à vous suivre dans une telle aventure ? Etes-vous prête à rester proche d’elle tout le long de ce parcours, donc plusieurs années ? Avez-vous défini avec elle la forme que prendrait ce soutien ? Le tarif de ses prestations ? Avez-vous réfléchi au fait que sans doute, il vous faudra aussi prendre des cours avec d’autres chevaux en parallèle pour mieux guider votre poulain par la suite ? 

 

Poulain ou adulte, faites votre choix en conscience, qu’il s’agisse ou non de votre premier cheval

Choisir un poulain comme premier cheval, c’est possible. Mais ce n’est pas se faciliter les choses. Alors si vous faites ce choix, faites-le en conscience. De même que si vous choisissez de devenir responsable d’un cheval adulte, d’ailleurs. Pour ma part, je me suis toujours demandé avant d’adopter un animal si j’étais suffisamment prête pour lui. Financièrement bien sûr. Mais aussi émotionnellement et en terme de connaissances et de compétences pour lui assurer une stabilité et une sécurité sur tous les plans. Si je pouvais lui offrir de belles conditions de vie. Un espace épanouissant où grandir, évoluer et vieillir. Prendre la responsabilité du bonheur et de la santé d’un autre être doit se faire en toute conscience. Avec une grande lucidité sur soi-même, sur le défi que cela représente, sur l’investissement que cela demande.

Alors j’espère vous avoir aidée dans votre réflexion, et je vous souhaite bonne introspection ! 

 

Laure Souquet
equinessentiel(a)gmail.com


Photographe : Kevin Simonet
www.suismonobjectif.com

Ostéopathe chevaux chiens équin canin Montluçon Vichy Moulins Clermont Ferrand Thiers Volvic et Riom Pays de Gex Annemasse Douvaine

5 Comments

  1. Lorène dit :

    J’ai acheté une jument de 3 ans. Mon premier cheval, j’en ai côtoyé depuis petite mais que pendant les vacances. J’ai lâché le cheval entre 20 et 30 ans. Puis j’ai repris, régulièrement, j’ai pris plaisir à l’autonomie à cheval. J’ai pris un cheval de merens en demi pension. Il m’a appris la relation, l’éthologie, la nature, un bonheur. J’ai rencontré des éthologues, des moniteurs, des propriétaires. Je me suis un peu formé et j’ai trouvé une super jument. Elle représentait mon rêve d’enfance en mieux. Je l’ai débourré moi même avec l’aide de ma monitrice et d’une éleveuse. J’ai eu des soucis de santé qui ne m’ont pas facilité la tâche quand on à un jeune cheval. Plus d’équilibre, plus de notion de mon corps, une peur de la mort bien présente pendant six mois. J’ai du me rééduquer physiquement, moralement avec l’aide d’un cheval de randonnée expert pour reprendre confiance en moi en mon corps. J’ai foutu la paix à ma louloute car cela la stressait. Je crois que j’ai réussi. Même avec de l’expérience on peut tout perdre faut juste le savoir, se remettre en question, prendre de la distance. Après je pense avoir choisi une jument avec un très bon mental. Du fait d’une vie en famille, en groupe, dans de grands espaces. Même si je ne suis pas pro, j’ai bien travaillé, je savais surtout ce que je voulais pour elle et pour moi. Et que j’ai le temps, que rien ne presse et qu’on fait en fonction de là où chacune en es. C’est le top du top.

    • Équinessentiel dit :

      C’est une bonne chose d’avoir pris le temps d’apprendre déjà avec un cheval en demi-pension. C’est une bonne façon de prendre de l’expérience avant de se lancer et de devenir propriétaire. Puis, se faire encadrer aide beaucoup. Et comme vous le dites, il faut prendre son temps.

  2. Michel Wathelet dit :

    Vous lire est un plaisir.

    Michel

  3. Beaucart dit :

    Bonjour Laure,

    Oui un poulain comme premier cheval….. quand je vois passer tous les posts sur fb à ce propos….

    Oui cela demande de sérieuses connaissances pour éduquer un poulain.
    Lui offrir la justesse à la hauteur du troupeau absent de ses congénères….
    Ce n est ni un jouet ni un objet…

    Ma première jument était âgée , 16 ans, et pleine.
    J’ai passée des’heures à l observer au sein du groupe de juments poulinieres à moitié sauvages( juments de boucherie, embarquées une fois par an pour la saillie au depot d’etalons’du coin, moyennant trappe, coups’de bâton, hurlements)
    Ma jument etait alors placee à part dans un box pour la journee.
    Le reste de l année, c était une source inépuisable d’apprentissage, ces’juments avec les poulains jusqu a ce qu ils atteignent leur 3 ou 4 e année..
    Tout un code comportemental, progressif et formateur pour les poulains. Dommage , il n y avait pas d étalon…
    Comment un seul humain peut appréhender un seul poulain sans connaitre le mode d education dont il va avoir besoin pour devenir cheval.
    Je sais bien que les humains sont persuadés sans meme y penser , qu ils sont de toute façon superieurs et sauront pourvoir aux besoins qui leur apparaissent fondamentaux.
    Pourtant lorsque j ai pu approfondir mes connaissances, cette fois avec des vaches vivant avec le taureau et les veaux, en troupeau, dana de grands espaces, j ai découvert tout l équilibre subtil des interactions entre les individus. Les plus agées avaient 18 ans et j etais émerveillée de voir comment les transmissions du mode de vie qu etait le leur était équilibrant pour les jeunes generations. La qualite relationnelle avec le troupeau m a fait rencontré puis expérimentée le role de leader et le role de dominant.
    Pas besoin de technique comme le join up ou autre methode de dressage.
    Vaches et chevaux partageaient les memes patures, poulain etalon et jument.
    Je n ai jamais eu de probleme ni avec les veaux ni avec les poulains.
    J ai juste eu l occasion pendant 10 ans, de decouvrir jour après jour, ce qu est faire partie du troupeau sous forme humaine.
    Et avec ces expériences là, je vois une incompréhension , une inconnaissance de ce qu est un poulain et de ses besoins pour se developper en tant que cheval .
    C est à mon avis vraiment dommage de faire ce choix.
    Votre article me touche parce que j ai ensuite re eduquer plus de 250 chevaux dont des chevaux de haut niveu cso.
    Et que j ai pu constater à quel point l humain projette sur l animal des exigences inappropriées qui disparaissent lorsqu on se donne comme objectif d apprendre à connaitre l autre avant de vouloir obtenir tel ou tel resultat.
    Alors commencer avec un poulain … pfuiiii….
    en tout cas, c est un grand plaisir et une joie pour moi de vous lire.
    Merci pour vos textes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *