Réussir sa relation avec un étalon

Le parage, une science exacte?
17 juin 2015
Les pieds et le corps
3 septembre 2015

Beaucoup de gens ont encore peur des étalons et hésitent à garder leurs poulains ou leurs jeunes chevaux entiers. Si vous êtes dans ce cas, vous vous posez peut-être beaucoup de questions comme : « quelle différence y a-t-il dans le travail avec un entier? », « comment réagira-t-il face aux autres chevaux? », « réussirai-je à le gérer? »… Je vous donne ci-dessous quelques pistes!

 

Tout d’abord, comme je l’expliquais dans mon précédent article, un étalon a un grand besoin de mouvement et de contacts physiques avec ses congénères. Alors si vous souhaitez que votre relation avec lui soit saine, tenez-en compte et montrez-lui que vous le respectez en le laissant mener une vie de cheval. J’ai bien conscience que ce n’est pas toujours facile dans notre pays où très peu de pensions acceptent les entiers sans les reclure dans un box ou un petit paddock aux allures de prison. Cependant, plus nous serons nombreux à faire le choix de trouver à nos entiers un lieu de vie adapté, plus il y en aura. L’offre finit toujours par s’adapter à la demande, alors demandons sans relâche, et les choses changeront. En attendant, il vous sera peut être difficile de trouver une écurie idéale. Vous devrez donc faire des compromis. Le mettre en pension un peu plus loin, trouver un hongre ou au autre étalon dont le propriétaire acceptera qu’ils vivent ensemble. Tout ces efforts seront récompensés par le bonheur de votre cheval!

 

Tous les entiers ne sont pas faciles à gérer, soyons honnêtes. Dans la nature, tous les mâles ne vivent pas avec un harem. Pourquoi? D’abord parce qu’il faudrait pour ça qu’il naisse bien plus de juments que d’étalons, ce qui n’est pas le cas! En réalité, pour obtenir un harem, un étalon doit se battre avec les autres, et tous n’en ont pas l’envie ou la capacité. Pourquoi? Parce que tous n’ont pas le même taux de testostérone. Plus ils en produisent, plus ils ressentent fort le désir d’avoir des rapports avec les juments et plus ils sont prompts à combattre pour elles. Pour nous, ces chevaux sont donc plus dur à gérer. Quoi que vous fassiez, si votre cheval est ainsi, il aura toujours tendance à se montrer agressif envers les autres mâles à fort taux de testostérone dès qu’il y aura des juments à proximité. Et il lui sera très difficile de résister à l’appel des juments. C’est le cas de Zéphyr. Notez bien que de tels chevaux peuvent parfaitement rester tels qu’ils sont même après castration. En effet, la testostérone n’est pas seulement produite au niveau des testicules mais aussi par les glandes surrénales, et plus précisément les corticosurrénales. C’est pourquoi certains hongres conservent un comportement très « entier ».

 

A l’inverse, certains étalons sont peu attirés par les juments et donc bien plus faciles à gérer. Ils peuvent être montés avec des juments même en chaleurs, sans aucun problème. Et ils peuvent vivre très facilement dans une écurie « mixte », avec étalons, hongres et juments, sans que cela leur soit difficile. C’est le cas de Kiano. Ceux qui me suivent un peu se demanderont ce qu’il en est de Valoroso. Et bien, il ne le sait pas encore lui même! Pour l’instant, une jument est source de stress pour lui, et à choisir il préfère aller vers un autre mâle.

 

Le problème si votre étalon fait partie de ceux qui ont besoin d’une famille, c’est que s’il n’en a pas et que vous êtes une femme, il peut vous considérer comme une compagne potentielle. Très romantique mais attention : ce n’est pas bon pour lui et c’est dangereux pour vous. Pourquoi? Parce qu’un jour il pourrait essayer de vous monter. C’est pourquoi vous ne devez jamais tourner le dos à un étalon et marcher devant lui. Allez, pas de blagues grivoises ni de réactions choquées s’il vous plait. C’est la nature et l’explication en est toute simple et scientifique : les phéromones des juments et celles des femmes sont très proches, presque identiques, et c’est pour cela qu’un cheval peut être attiré par une femme et arrive même à détecter où elle en est dans son cycle. Tous les étalons dont je me suis occupée, sans exception, et même les plus « froids », se sont montrés amoureux. Et pourtant aucun n’a jamais manqué de respect à mon égard. Tout simplement parce que les bases de ma relation avec eux ont toujours été clairement établies : confiance et respect mutuels.

 

C’est l’étape la plus importante de toute relation avec un cheval, quel qu’il soit, et c’est une condition sine qua non pour évoluer en toute sécurité avec un étalon. Établir le respect. Le cheval doit savoir que quoi qu’il arrive il n’a pas l’autorisation de rentrer dans votre bulle sans y être invité, ni de vous bousculer, de vous mordre ou de vous taper, de se gratter sur vous. Il doit faire attention à vous, vous devez être important(e) pour lui. Nul besoin de se montrer violent(e) pour cela bien entendu! Ce n’est pas de force physique dont vous avez besoin avec un cheval. Seulement de force intérieure, de calme et de constance. Et de beaucoup d’amour!

 

 

Lorsque vous aurez acquis cette importance aux yeux de votre étalon, vous deviendrez un membre de son troupeau, et le membre référent qui plus est. Ce qui veut dire qu’il vous écoutera lorsque vous lui demanderez de rester calme en présence des autres chevaux, qu’il vous évitera s’il a peur et fait un écart, qu’il n’aura jamais de geste agressif à votre égard. En gagnant son respect, vous aurez garanti votre sécurité.

 

A partir de là, plus rien ne vous posera de problème tant que vous serez avec lui!

 

Vous pourrez alors commencer à travailler à pied dans les meilleures conditions. Que devez-vous savoir pour cela? Pas grand chose de spécial. Simplement qu’un étalon est souvent particulièrement sensible, contrairement à ce que beaucoup pensent souvent. Alors il lui faut tout autant de finesse et de douceur qu’un autre cheval. Par contre, il peut avoir des comportements différents de ceux d’une jument. Par exemple, une jument utilise généralement ses postérieurs pour taper, alors qu’un entier va préférer se mettre debout, lancer ses antérieurs ou mordre. Attention donc à bien vous trouver à son épaule au travail. Par contre, attention à ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu!

 

Sinon, un étalon est tout simplement un cheval! Entier, il l’est dans son caractère, plein de vie, câlin (souvent bien plus qu’une jument), joueur, et en grandissant plein de sagesse. Ses allures sont naturellement plus brillantes à condition qu’il puisse s’exprimer, il est alerte et aime l’échange. Sans cicatrices de castration, il conserve des tissus souples et sa capacité à engager et à se propulser.

 

En résumé, vous devez déterminer à quel type d’entier appartient le vôtre : attiré par les juments ou pas, prêt à se battre pour elles ou pas. En fonction de cela, c’est le choix d’environnement qui sera déterminant. Pour le reste, confiance et respect doivent être la pierre angulaire de votre relation, et ils vous ouvriront tous les possibles!

 

Laure Souquet
0033 6 19 12 02 37
equinessentiel(a)gmail.com

37 Comments

  1. Rosa dit :

    J’ai hérité d’un entier de 15ans l’an dernier. Je relevais d’un grave accident (chute de cheval) et ai dû attendre quelques mois avant de le monter. J’ai établi une très bonne relation à pied – longe, travail en main, en liberté, jeux -, mais monté, il se bloqué, refuse d’avancer et surtout refuse de prendre le galop. Après une séance à pied, je suis émerveillée et heureuse, après une séance à cheval, je suis accablée, déprimée, un peu découragée. Je vais me pénétrer encore plus de vos conseils, même si j’ai l’impression de les appliquer déjà. Merci.

    • Bonjour,

      Si votre cheval se bloque monté et refuse le galop, il s’agit peut être d’une douleur qui n’a pas été identifiée. Pensez-y avant de remettre en cause la qualité de votre relation! La selle est-elle adaptée? Avez-vous fait appel à un(e) saddle fitteur/euse? Avez-vous demandé à un ostéopathe de vérifier entre autre son dos? A un dentiste de regarder ses dents?

  2. Shara dit :

    Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord avec vous ! C’est extrêmement bien développé !

    J’aimerais cependant savoir comment travaille cette force intérieure dont vous parlez. Pour le calme et la constance, c’est assez évident mais pour le reste, j’ai souvent du mal à monter une énergie assez haute pour que mon jeune de 18 mois attendent avant de rentrer dans mon espace. Quand c’est lors d’un exercice, pas de problème mais ce n’est pas hyper régulier et il lui arrive parfois encore de me bousculer un peu pour aller prendre telle ou telle touffe d’herbe sans jamais montrer d’agressivité.

    Des idées pour réussir à s’affirmer sans passer par la violence ? Je pensais au théâtre notamment.

    Merci !

  3. Vanlichtervelde Maëva dit :

    Bonjour,

    J’ai actuellement un Boulonnais entier de 17 mois, et la question de la castration se pose actuellement mais j’hésite du simple fait d’avoir peur de ne pas savoir le gérer…. et en même temps je me dis  » pourquoi le castrer ? Pour l’instant il s’en fout des juments et préfère faire des câlins avec les mâles ! Pensez-vous qu’un cheval ai besoin de reproduire si on le garde entier ? ou peut-il vivre sans reproduire en étant entier ?

    • Bonjour,

      Dans la nature, seul 10% des entiers ont un harem et font des poulains. Les autres vivent en groupes de mâles toute leur vie. Aussi, les entiers ne sont pas tous faits pour reproduire. Après, il faut tout de même bien les connaître, bien instaurer le respect à pied et se montrer prudent.

  4. Myra dit :

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur vos articles hier et ceux concernant les entiers m’intéressent beaucoup car j’en ai acheté un il y a 5 mois environ. C’est un PRE de trois ans et une crème, du type de Kiano niveau comportement : bon il est jeune il peut encore évoluer mais il est très froid et vraiment calme et câlin, un bonheur. Un passage de votre article a particulièrement attiré mon attention : « ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu! ». La pro qui me suit dans mon débourrage m’a dit de le punir à chaque fois qu’il tente quelque chose avec sa bouche(tape sur le nez, « main qui mord », barrière avec le coude…) mais il n’a jamais cherché à véritablement mordre, il ne fait que mordiller et encore il ne m’a jamais attrapé la peau ou chercher à me faire mal. Malgré ça, je n’ai pas encore réussi à lui faire passer cette manie car à pied quand je commence à lui demander de se concentrer il cherche beaucoup à m’attraper (et on me fait souvent la remarque). Aussi j’aimerais avoir quelques conseils pour ce problème et savoir du coup ce que vous préconisez pour les chevaux qui mordillent… Enfin niveau respect n’ayant pas été beaucoup manipulé il ne sait pas toujours ce qui se fait ou non mais on avance même si j’ai un autre problème : bien qu’il fasse plus attention à moi qu’au début, dès qu’il y a une flaque d’eau et que je veux le faire passer dedans tout en étant à côté il va avoir tendance à vouloir me pousser pour ne pas mettre ses pieds dans l’eau malgré mon insistance et ma fermeté à lui décaler l’épaule pour le repousser… Un conseil? Merci encore pour ces supers articles!!!

    • La priorité est de régler votre problème de respect : le fait que votre cheval vous marche dessus lorsqu’il a peur est bien plus important que le fait qu’il vous mordille! Cela vous met en danger et montre que vous n’êtes pas encore sa référante. Et vous devrez le devenir. Pour cela, vous devez lui prouver que vous êtes plus importante que tout le reste. Il doit être attentif à vous à tout instant, et savoir qu’il peut se reposer sur vous s’il a peur de quelque chose.
      Ceci acquis, vous pourrez poser votre limite pour les mordillements. C’est à vous de le définir. Par exemple, a-t-il le droit de poser ses lèvres sur vous ( je vous le conseille fortement), de mordiller vos vêtements, de poser ses dents sur votre peau, etc. Vous devrez décider où vous êtes à l’aise. Dès qu’il va au delà, marquez votre limite. Mais ne laissez pas les remarques des autres vous dicter cette limite. Faites vous confiance. La réussite d’une relation avec un cheval réside dans un juste dosage entre la conscience du danger que peut représenter l’animal et la confiance en lui. Quelqu’un’ a dit un jour « l’amitié sans confiance est une fleur sans parfum ». C’est aussi vrai avec les chevaux.

      • Myra dit :

        Merci beaucoup pour la réponse! On travaille beaucoup sur le respect et c’est en très bonne voie! Malgré tout, à mon sens les mordillements vont avec cette question de respect car il n’a pas encore compris qu’il ne pouvait pas le faire! Qu’il pose ses lèvres cela ne me gêne pas mais je ne veux pas qu’il fasse mine de mordre ou juste mordiller, ça c’est non; d’où ma question : que faire de concret dans ce cas-là? Vous me dites de « poser mes limites » mais j’ai déjà montré mon désaccord de nombreuses manières(voir mon précédent message) et cela n’a pas réglé le problème. J’aimerais vraiment avoir un « truc » qui fonctionne. Je reviens aussi à votre phrase : « ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu! ». Comment lui montrer la différence alors? Que faites-vous vous pour régler ce souci? Merci encore! 🙂

  5. Gibelli dit :

    Bonsoir
    Mon cheval à 4ans et demie il est adorable Et n a pas jusqu’à ce jour un comportement d entier
    Cependant de temps en temps il se retourne et me mordille quand je je réprime de il a l’air craintif mon coach me dit que je ne dois pas accepter d’être mordillée même sans agressivité et me conseille de lui donner une claque , je. E suis pas d’accord je préfère lui pousser sa tête et lui dire non, quel est votre avis?

  6. Bonjour , j’ ai hérité d’un entier de 3 ans ce printemps quarter horse . En très mauvais état , anémie peins de poux … après l’avoir remis en forme celui ci s est mis à me mordre ,donc difficile à travailler au sol sans se faire agresser.
    Je l’ai mener en débourrage chez une professionnelle d’équitation western, qui m’a rendu un cheval exemplaire respectueux .
    A son retour je l’ai remis dans son troupeau 2 juments et 1 hongre (8 octobre environ) tout ce passait assez bien dans le travail jusqu’à la semaine dernière où il s interposé entre moi et ses juments ,il devient agressif et se remet à mordre .du coup le travail redevient compliqué voir même dangereux ..que me conseillez vous ?

    • Bonjour,

      Je vous conseille pour commencer de ne pas mettre de hongre entre lui et ses juments, car celui-ci risque fort de se retrouver agressé lui aussi.
      Pour le reste, je préfère ne pas vous donner de conseils par écrit, sans pouvoir vous encadrer, car comme vous le dites il y a là un danger indéniable. Faites appel à un professionnel habitué à gérer ce genre de situations pour vous aider en direct.
      Si vous ne pouvez le gérer entier, honnêtement, je vous conseille de le vendre ou de le castrer.

  7. Manon dit :

    Pour ma par mon étalon auparavant n’etais Jamais sorti d’in Box jamais mis au parc jamais vu d’autre congénaire pour jouer maintenant il est à l’annee Au parc « de 2ha «  avec un âne et un hongre dans le parc en face deux jument avec qui il s’ai habitué à voir

  8. Cavali'Erre dit :

    « Entier, il l’est dans son caractère, plein de vie, câlin (souvent bien plus qu’une jument), joueur, et en grandissant plein de sagesse. »
    C’est tellement ce que je ressens de mon entier Gypsy Cob de 3 ans. Vos textes me rassurent et me convainquent que je peux tenter l’aventure de le garder entier. Surtout que pour l’instant il est plutôt du genre qui s’en fiche royalement des juments ( mais il est jeune). Merci pour ce chouettes articles!

  9. Boris Frederick dit :

    Bonjour, merci pour ce partage

  10. Ann-Gaël dit :

    Bonjour, j’ai un entier minorquin de 3 ans très sympa et encore très bébé. Il est à la maison depuis 1 semaine, deux juments sont dans un pré à proximité visuelle. Ce matin il était excité et se mordait avant de se cabrer… ça n’a pas duré longtemps, mais est ce un jeu de jeune entier…? J’ai eu des entiers aux écuries avant mais je n’ai jamais remarqué ça…
    Merci.

    • Bonjour,

      Ce n’est pas un jeu d’entiers, non. Les entiers jouent entre eux, ils ne s’automutilent pas. Pour moi, cela démontre un grand mal être. C’est typique de cette race lorsque les entiers souffrent au niveau du dos ou de l’arrière main suite à un problème au niveau du système reproducteur. Ce cheval devrait être éloigné de la présence des juments et mis au pré avec un congénère mâle lui aussi afin de se rassurer auprès de lui. Il faut compter une bonne année pour qu’un cheval se remette d’un déménagement, et moins il est seul mieux c’est. Aucun cheval ne devrait vivre seul.
      Il faudrait également le montrer à un vétérinaire compétent dans la gestion des problématiques liées aux entiers, afin de vérifier qu’il ne souffre pas.
      Si vous ne pouvez le garder loin des juments et en troupeau de mâles, pour son bonheur et son bien être physique comme psycho-affectif, castrez-le. Ainsi, vous pourrez lui offrir une vraie vie de cheval. Cela risque d’ailleurs de se révéler de toute façon obligatoire s’il s’automutile ainsi.

      • Ann - Gael dit :

        Merci pour votre réponse, je suis tout de même étonnée, non il ne se mutile pas il se mordille ou se sent mais il n y a pas de traces de morsure…. Et je ne comprends pas le grand mal être, je l ai depuis tout juste 8 jours et m en occupe souvent dans la journée, il est agréable, il a le pré au bord du jardin…
        Merci beaucoup , je vais continuer à surveiller et voir en fonction.

        • C’est vous qui m’avez dit qu’il se mordait, je n’ai pas pu le vérifier par moi même 😉 Se mordiller, ça peut être se gratter. C’est bien difficile de se faire une idée sans voir le cheval. Je dois me fier uniquement à ce que vous décrivez.
          Un entier qui s’excite à cause de juments, c’est normal.
          Un entier qui s’excite tout seul et se mord lui-même, c’est un signe de douleur ou de stress profond.
          Comme je ne peux pas le voir, je n’ai aucun moyen de vous dire quelle est la bonne interprétation.

          • Ann - Gael dit :

            Oui, je comprends bien, et en même temps j avoue avoir été vraiment étonnée d où ma mauvaise explication peut-être , je me rends bien compte que j’ai encore pas mal à apprendre avec lui ! Merci pour vos éclaircissements

  11. Doucet dit :

    J’ai un entier comtois de 9ans dont nous ferons de l’endurance en attelage . Depuis un an il ne veut plus se forcer .deux fois champion de France . Et maitemant il ne veut plus monter les cotes . Avec vous une idée? Merci d’avance

    • Bonjour,

      Il m’est difficile de vous répondre sans le voir! Il peut s’agir d’une douleur ou d’une problématique de santé type PSSM par exemple, auquelle les comtois sont sujets, ou encore une piroplasmose ou autre maladie du genre qui lorsqu’elles ont chroniques sont cause de contre-performance. Je n’y vois pas forcément de lien avec le fait qu’il soit entier. Ils sont souvent moins enclins à se dépasser que les hongres et juments, mais il en aurait été ainsi depuis plusieurs années si cela devait être dans son caractère. Je chercherais la piste d’un problème physique.

  12. Valea dit :

    Bonjour,
    J’ai acheté fin décembre 2019 un étalon PRE qui va faire 10 ans au mois d’avril prochain. Un amour de cheval, très gentil, TRES calme. (lors de la visite d’achat la vétérinaire était un peu surprise de voir un entier si calme !). Pas de foin, exclusivement du grain. Il était un peu maigre et la véto m’a dit qu’il serait probablement mieux chez moi car la plupart du temps il n’y avait plus de paille dans son box et c’est comme ça pour tous malheureusement. Le proprio m’a avoué avoir des soucis financiers, n’a plus le temps de s’en occuper. Il était au box la plupart du temps, à côté de lui une jument, sa fille. Les autres chevaux étaient tous des entiers, une petite dizaine en tout. Bref, je l’ai ramené en Suisse mi-janvier. Il est pour l’instant au box, entre deux hongres et ça se passe très bien. Dès que je sors de l’écurie il sent les autres chevaux se trouvant dans l’autre écurie et commence à hennir comme un fou. Au travail dès qu’il voit un autre cheval, hongre ou jument (jument c’est pire) il s’emballe, hennit, ne m’écoute plus. Je n’ai jamais eu d’entier avant et ma question (car j’entends toutes sortes de conseils contradictoires) : FAUT-IL LE REPRIMANDER, LE PUNIR, genre coup de cravache ou claque, lorsqu’il hennit et devient un peu incontrôlable ? Pour l’instant je le laisse faire, je suis douce, j’essaie de le calmer, mais ça ne change rien. Donc faut-il adopter une méthode plus sévère ou juste lui laisser du temps ? Dans son ancienne écurie en France, il ne bougeait pas une oreille avec les autres chevaux, était super calme, n’avait peur de rien. Il y était depuis l’âge de 3 ans. Le proprio m’a dit que c’était pour cela qu’il me le vendait les yeux fermés (je suis une cavalière amateur…). Pour INFO, c’est un cheval qui a déjà sailli à plusieurs reprises et qui, soit-disant, sait quand il peut ou ne peut pas… Merci d’avance.

    • Équinessentiel dit :

      Bonjour,

      Ce cheval a été retiré d’un environnement dans lequel il avait ses repères pour être plongé dans l’inconnu. Nouvel environnement, nouvelles conditions de vie, nouvel humain à ses côtés. Il lui faudra une année pour s’y faire complètement. Il a besoin que vous soyez pour lui un guide bienveillant mais assuré, calme et ferme. La brutalité n’est pas nécessaire, mais la fermeté est une nécessité si vous voulez garantir votre sécurité, la sienne et celle des autres. Si vous n’avez jamais travaillé avec un entier, je vous conseille de faire appel à un professionnel doux et compétent en qui vous aurez confiance pour vous aider à mettre en place avec votre cheval une communication claire, efficace et harmonieuse. En effet, il est très dur de vous guider par messages, sans vous avoir jamais vu évoluer tous les deux !

  13. Julie dit :

    Bonjour. J ai un entier de 9 ans qui ne à jamais saillie qui vit au parc avec 2 poneys hongres sont un qu il connaît depuis ses 3 ans avec qu il apprécie beaucoup. Lorsque le voisin a mis ses deux juments dans le parc en face pas de souci. Cheval gentil, sage bien éduqué. Marche à côté sans jamais dépasser, ne mord pas, ne cabre pas. Respectueux et doux. Je souhaiterais tenter de le faire travailler en carrière avec la jument d une amie mais je ne sais pas comment M y prendre sans prendre de risque.

    • Équinessentiel dit :

      Bonjour,

      Votre cheval a-t-il déjà rencontré des juments lorsque vous le montiez ? La jument a-t-elle déjà été montée avec un entier ? Est-elle « pisseuse » ?
      Il n’y a pas de risque zéro lorsqu’on met en présence un entier et une jument. Vous devez en être consciente. Pour que cela se passe au mieux, vérifiez que la jument ne soit pas en chaleurs. Puis coupez l’espace de travail en deux, avec une clôture électrifiée, notamment si vous doutez de pouvoir tenir votre cheval en cas de problème. Voyez comment se déroule la rencontre. Si les deux se montrent calmes, concentrés sur leur travail et que vous et votre amie parvenez à garder le contrôle, vous pourrez travailler ensemble sans séparation. Mais ne les laissez pas se sentir, évitez de vous croiser et ne vous mettez pas l’une derrière l’autre. Au moins tant que vous n’êtes pas certaines que tout se passe bien.
      Notez que si l’une de vous deux tombe alors que vos chevaux sont ensemble en carrière, la situation pourra devenir compliquée à contrôler. Car vous ne pourrez pas éviter la rencontre et dans l’excitation sexuelle certains chevaux semblent oublier qu’ils ont un cavalier sur le dos. L’entier, par exemple, pourrait monter sur le dos de la jument sans se sentir gêné par la présence de sa cavalière. Et la jument pourrait vous blesser en tentant de le taper. Je ne dis pas que cela arrivera, mais vous devez savoir que c’est un risque et vous montrer prudentes. Jouer avec les instincts des animaux et surtout avec leurs hormones est toujours une forme de pari. Certains entiers et juments travaillent ensemble sans le moindre problème. Pour d’autres c’est très compliqué. Vous ne le saurez qu’en essayant. Donc ne vous lancez que si vous le sentez bien toutes les deux.

  14. Audrey dit :

    Bonjour
    J’ai un entier depuis 15 ans super gentil et respectueux avec moi au box ou en randonnée quand on est que tous les 2 ou avec un hongre qui connaît depuis 6 ans il ont appris a se connaître lentement en commençant par des randonné et après quelque année après nous avons pu les mettre ensemble en liberté il jouait un peu fort mais jamais de grosse bagarre l’hongre prenait sa place et ne se laissait pas marcher sur les pieds fessant en sorte que mon cheval le respectait. J’ai fais beaucoup de randonnée avec une jument mais toujours avec mon cheval en avant. Ils a toujours fais sont beau et hennissait beaucoup quand de nouveau chevaux arrivait mais rien de bien dangereux pour moi. Nous avons du changer d’écurie il y a presque 2 ans et quitter ces repères car ils était né la bas et était habitué à la plupart des chevaux. Rendu la bas le faire marcher dans le passage pour entrer et sortir de l’écurie était assez difficile, de nouvelle jument et un autre étalon, il était exciter trottinai un peu et hennissait et après environ 1 mois les bagarre en liberté ont commencé avec l’hongre avec qui il était habitué, ils s’est mis a le mordre et courir après lui, vraiment méchant assez pour blesser l’autre alors nous les sortons séparément depuis, pourtant ils sont à côté dans les box, aussi en randonnée ils se sente se colle et ça se passe bien.Après un an de patience et répétition les entrées et sorti se sont beaucoup améliorées beaucoup plus calme quelques petit hennissement doux. Mais il doit passer devant le box d’une jument mais depuis 1 mois il recommence à s’exciter plus en sortant et quand il voit un autre cheval hongre ou jument quand je suis en selle ou a pied il s’excite il oublie que je suis la et devient un peu fou il tourne hennis veut me donner des coups de museau. J’aimerais trouver un moyen, ou exercice pour le ramener au calme, qu’il focus sur moi au lieu d’être obsédé sur les autres chevaux et aussi j’aimerais qu’il retrouve son copain en liberté ils ont l’air de vouloir se retrouver mais j’hésite avec les dernières chicanes. Je suis un peu a court d’idées.

    • Équinessentiel dit :

      Bonjour,

      Ayant changé d’environnement, votre cheval a rencontré de nouveaux chevaux. Il se peut que les juments ou une des juments de cette nouvelle écurie ait une odeur qui l’excite davantage, et surtout au printemps lorsqu’elle et lui ont une montée d’hormones. Malheureusement, si la présence d’une ou plusieurs juments l’excite, il est normal qu’il se batte avec les autres mâles, hongres compris. C’est dans sa nature et vous ne pouvez rien faire pour l’empêcher. La seule solution pour les remettre ensemble sans prendre de risques serait qu’ils soient hors de portée de sens de ces juments ou de cette jument.

      Quant à vous, vous devez impérativement retrouver votre place de guide pour lui. Pour cela, reprenez les bases de la communication, d’abord à pied puis à cheval, jusqu’à ce qu’il vous écoute parfaitement lorsque vous êtes au calme. Puis, continuez ce travail en situation de stress. Il m’est impossible de vous donner un cours par écrit, alors je vous encourage à vous faire aider par un professionnel compétent, doux, et habitué au travail avec les entiers.

  15. beck klara dit :

    Bonjour,

    j’ai un étalon P.R.E si on met deux entiers ensemble il ne risquent pas de se battre ?

    • Équinessentiel dit :

      Bonjour,

      Deux entiers se battront s’ils ont des juments à portée de sens (vue, ouïe, odorat). Sinon, ils auront sans doute une rencontre musclée mais une fois la première confrontation passée cela se passe généralement très bien.

  16. Emilie Auroyer dit :

    Bonjour,
    J’ai récupéré un poney À onc entier de huit mois il y a six mois, dont les propriétaires avaient peur. Ce poney extrêmement avenant se montrait également très mordeur. J’ai commencé par obtenir de beaux progrès, puis avec le printemps, et je suppose l’arrivée des hormones, celui-ci a subitement régressé, jusqu’à devenir très délicat… Personnes inexpérimentés = contacts impossibles, cabrades, morsures incessantes à tel point que tout contact avec ce poney se limite à la gestion de ces dents et antérieurs… Sans parler qu’il se jette littéralement sur moi en bondissant malgré mes efforts pour le repousser. Dépassé, j’alterne douceur et violence, je tente de créer du lien mais j’ai le sentiment de perdre de plus en plus la confiance et la spontanéité de mon poney. Le plus déroutant est que malgré ma description accablante, le poney ne semble nullement agressif mais excessivement viril, doté d’une personnalité forte, ainsi que d’une intelligence rarement observée jusqu’alors.. Il semble sans cesse me dire que lui mène le jeu, et se braque de plus en plus.. Que faire ?? Comment réagir quand chaque minute contient quinze attaques ??? Aussi longue soit les séances ou je ne lâche rien, exigeant le reculé de vingt pas à chaque outrage, avec je l’avoue un énervement graduel, aucune marge de progression au tournant.. Help!!!

    • Équinessentiel dit :

      Un poney entier et fort travaillé par ses hormones à cet âge peut être très délicat à gérer. Il faut vous montrer ferme, mais surtout jamais agressive ! Sans quoi il répondra lui aussi par de l’agressivité. Il est difficile de vous conseiller précisément à distance car je ne sais pas comment vous l’abordez, ce que vous lui demandez, comment il répond ni comment vous réagissez. Et je n’ai aucune idée de votre attitude intérieure, qui est primordiale dans ce genre de situation. L’idéal serait que je puisse vous voir évoluer ensemble.

      Dans tous les cas, il faut garder un calme olympien. Si vous sentez l’irritation monter, arrêtez tout. Le faire reculer à chaque comportement indésirable est inutile car non signifiant pour lui. Préférez mettre fin de suite à la relation. S’il vous pince, par exemple, mettez-lui une tape sur le nez pour signifier votre désaccord puis partez et ne revenez que le lendemain. Il comprendra ainsi que c’est une limite à ne pas dépasser s’il souhaite profiter de votre présence. Ce qui ne fonctionne ceci-dit que s’il apprécie celle-ci.
      Et mettez en place de bonnes bases de travail à pied. C’est très important pour bien communiquer avec lui.

      Honnêtement, l’idéal serait de vous faire aider par un professionnel habitué à régler ce type de situation, en qui vous aurez confiance pour faire preuve de douceur tout autant que de fermeté avec ce poney. En général, ce genre de comportement passe très rapidement si c’est bien géré.

  17. EVELYNE dit :

    Bonjour,

    Je viens de tomber par hasard sur votre article en faisant des recherches, et je partage votre avis. Voilà ma jument a donné naissance à un magnifique petit male que je compte garder pour moi et je souhaite qu’il reste entier. Il a bientôt 4 mois, et je commence à me poser des questions sur son sevrage mais surtout sur sa vie aux écuries. Personnellement, je souhaiterai qu’il intègre un troupeau de hongres afin qu’il connaissent d’autres chevaux et aussi qu’il reste sage en ma presence et en presence d’un autre humain, si des juments viennent à croiser son chemin.
    La responsable des écuries m’a bien fait comprendre qu’elle comptait le garder éloigné de toute tentation, c’est à dire de juments et le reléguer au fin fond de la propriété . Je ne sais pas comment la convaincre, pour elle un entier est forcement un fou furieux qui est prêt à sauter sur tout ce qui bouge, et va lui détruire toutes ses clotures pour aller voir les juments. J’ai connu des endroits, ou les entiers avaient leur pres proches de ceux de juments et il n’y avait pas plus de problèmes qu’avec les autres chevaux.
    que me conseillez vous? hormis changer d’écurie biensur

    • Équinessentiel dit :

      Bonjour,

      C’est pourtant la seule solution. D’une part, parce que cette personne est chez elle et qu’elle est légalement responsable de la sécurité de tous les chevaux dans sa structure. D’autre part, parce qu’elle a raison : un entier ne peut vivre une vie calme et simple auprès d’autres entiers ou hongres que si aucune jument ne vient le tenter. Donc si sa structure n’est pas adaptée, elle fait bien de refuser. Ensuite, votre poulain n’a que 4 mois, donc ce n’est pas un « entier » pour l’instant, juste un poulain. Entre 1 et 4 ans suivant sa personnalité et son taux de testostérone il commencera à se sentir plus ou moins sérieusement attiré par les juments, et vice-versa (ce sont souvent elles qui cassent les clôtures pour se faire saillir, surtout si elles ont déjà pouliné). Mais ce n’est qu’à l’âge adulte, après 8 ans, que vous saurez vraiment quel entier il sera : très chaud ou plutôt froid. A ce moment seulement vous saurez s’il lui sera possible de côtoyer de près des juments sans en souffrir. Et vous ne saurez s’il pourra vivre auprès d’autres mâles à proximité de juments qu’en lui laissant la chance de le faire et donc de se battre ou non, que ce soit de son fait ou de celui des autres.
      Donc si vous souhaitez le garder entier, attendez-vous à devoir prendre des décisions toute votre vie sur son lieu de vie afin de lui offrir toujours des conditions décentes. Sinon, vous devrez le castrer (ce qui ne le rendra pas malheureux) ou le faire vivre seul sans contacts sociaux (ce qui le rendra malheureux à coup sûr).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *