Cheval en forme : quel travail et à quelle fréquence ?

Cheval aux pieds sensibles, que faire ?
20 août 2020
Une selle sur mesures pour votre cheval, un vrai défi ! - Laure Souquet Ostéopathe équine - Equinessentiel
Une selle sur mesures pour votre cheval, un vrai défi !
8 décembre 2020
Maintenir son cheval en forme : quel travail à quelle fréquence ? - Laure Souquet, ostéopathe équine et cavalière

Pour garder votre cheval en forme, il est nécessaire de lui proposer un programme de travail adapté. Quel type de travail lui proposer ? Comment doser l’effort demandé à chaque séance ? A quel fréquence le faire travailler ? Autant de questions difficiles sur lesquelles il est intéressant de s’arrêter.

 

Dans quel objectif travaillez-vous votre cheval ?

Ce que vous allez demander à votre cheval dépend bien évidemment de l’objectif que vous visez. Avant de penser à organiser son travail, il vous faut donc bien préciser ce point. Les objectifs les plus courants sont les suivants : maintenir le cheval en forme, simplement pour sa santé ou pour pouvoir lui demander quelques balades de temps en temps ; améliorer sa souplesse, sa force et son endurance pour un effectuer un travail régulier dans une discipline donnée ; le préparer à sortir en compétition. Selon le cas, le travail sera modéré, régulier ou intensif. La construction des séances, leur rythme et leur durée en dépendront.

D’une façon générale, si vous partez de zéro, l’idéal est de commencer par un travail léger pour augmenter peu à peu les exigences. Sachant que le facteur temps sera également déterminant ! En effet, vous ne pouvez envisager sérieusement de sortir en compétition si vous ne pouvez accorder que 2h par semaine à votre cheval. Tenez-en compte dans votre décision en matérialisant par exemple sur un semainier le temps que vous pouvez consacrer à l’entraînement de votre cheval. Notez que si vous avez un gros objectif mais manquez de temps, il faudra soit y renoncer soit trouver une autre personne pour vous aider !  

 

Quels sont l’état physique de votre cheval et son avancement dans le travail ?

Ce que vous pouvez demander à votre cheval dépend également de son état. Son âge, son état de forme et de santé, et sa condition physique. Par exemple, seul un cheval adulte en pleine forme peut suivre un entraînement intensif en vue de compétitions. J’en profite pour rappeler qu’un cheval n’est adulte physiquement, psychologiquement et émotionnellement qu’à partir de 8 – 9 ans. Avant cela, son travail devra être léger à modéré. Sinon, vous risquez de lui causer des blessures et de vous opposer à des résistances bien légitimes. De même, un cheval trop mince ou sortant d’une période d’inactivité suite à une blessure ou une maladie a besoin de temps pour se retaper avant de travailler de façon intensive ou même modérée. Prêtez vraiment attention à cela car si vous demandez trop votre cheval perdra vite fraîcheur et motivation !

Ensuite, prenez en compte le niveau de votre cheval. Si vous commencez tout juste à travailler, vous ne pouvez pas vous lancer de suite dans une activité intensive. Au contraire, si votre cheval fait déjà de l’endurance, par exemple, vous pouvez aborder le dressage avec un entraînement modéré et passer rapidement à un rythme soutenu. Tout simplement parce qu’un cheval qui travaille déjà régulièrement dans une discipline donnée est déjà musclé et a déjà un bon cardio. Pour changer de discipline il faut simplement lui laisser un temps d’adaptation. Mais son corps et son esprit se forment très vite à de nouvelles demandes.

Une fois déterminés votre objectif, le temps dont vous disposez et l’état physique de votre cheval, vous pouvez mettre en place votre planning d’entraînement !

<h2″>Déterminez un planning d’entraînement avec votre cheval

Maintien en forme du cheval, travail léger

Votre objectif est de maintenir votre cheval en forme ou de reprendre doucement le travail. Dans ce cas, vous commencez avec un cheval qui n’a ni endurance ni force physique. Vous devez en tenir compte et préférer lui proposer des séances courtes et peu intenses. S’il a une bonne masse musculaire et qu’il est en forme, vous pouvez introduire un peu de travail monté. Sinon, je vous conseille de passer par une phase uniquement à pied pour le préparer à la monte.

Dans une optique de travail léger, je partirais sur 2 ou 3 courtes séances réparties sur une semaine. Une sortie en main ou en selle suivant l’état du cheval, de préférence en terrain varié. De 30 min dans un premier temps jusqu’à 1h lorsque son endurance le permet. Puis une longe de 20 min maximum, en vous arrêtant dès que le cheval montre des signes de fatigue et d’essoufflement. Enfin, si vous le souhaitez, une séance de travail à l’épaule pour améliorer votre communication et travailler sa souplesse.

Un tel programme léger vous demande peu de temps mais permet à votre cheval de rester actif. C’est une bonne façon de le garder en forme mais aussi habitué à échanger avec l’humain.

 

Travail modéré

Si vous souhaitez demander à votre cheval un vrai travail dans une discipline donnée, il faut lui consacrer un peu plus de temps. En effet, pour travailler correctement il doit le faire de façon régulière. Ceci pour que son endurance, sa force et sa souplesse lui rendent l’exercice facile. Il faut donc augmenter la durée des séances et leur intensité.

Pour me sentir à l’aise lorsque je demande un travail spécifique à un cheval, j’aime lui proposer une certaine régularité dans le travail. Je pars sur une séance tous les 2 ou 3 jours, en alternant travail monté, sorties en extérieur, en main ou monté, et travail à pied incluant longe et travail à l’épaule. 

La durée et l’intensité de la séance de travail varient en fonction des capacités physiques du cheval. Au départ, dès qu’une demande entraîne une bonne réponse, je remercie le cheval et je passe à un autre exercice. Ceci pour qu’il comprenne qu’il a bien répondu et pour le garder motivé. Puis, je lui en demande plus à mesure qu’il devient capable d’en faire plus. Dans tous les cas, je lui ménage de belles pauses et je m’arrête avant qu’il soit essoufflé ou trempé.

La sortie en extérieur dure minimum 1h, et maximum 2h30, avec beaucoup de pas. La séance de travail à pied varie entre 30 et 45 min, toujours en respectant les limites du cheval et en incluant des pauses câlins !

 

Maintenir son cheval en forme : quel travail à quelle fréquence ? - Laure Souquet, ostéopathe équine et cavalière

Pensez à faire de belles pauses dans vos séances de travail ! Cela permet aux chevaux d’assimiler les apprentissages et de retrouver leur calme dans un joli moment d’échange !

 

 

Travail intensif

Lorsque votre cheval et vous vous sentez à votre aise dans un rythme de travail moyen, vous pouvez envisager de passer à un travail intensif. Ceci à condition que la santé du cheval et votre planning le permettent. Dans ce cas, je vous conseille de vous faire guider par un professionnel qui aura l’habitude de gérer les chevaux au travail. De même, il faudra vous entourer d’une bonne équipe pour gérer la santé de votre cheval : vétérinaire, ostéopathe, pareur, dentiste, saddle fitter… Car rien ne doit être laissé au hasard quand on souhaite faire d’un cheval un athlète.

Pour un travail intensif, la fréquence, la durée et la difficulté des séances augmentent. Le cheval travaille presque tous les jours, ne serait-ce que 20 min à pied. Pour que cela reste agréable et cohérent, on continue de varier les séances autant que possible. Travail monté, sur le carré ou en extérieur, et travail à pied alternent. Les séances spécifiques (dressage ou obstacle par exemple), peuvent se limiter à une ou deux fois par semaine. Car l’idée est de développer à la fois la force, l’endurance, la souplesse et la dextérité du cheval, certes. Mais sans soumettre son corps aux dangers d’un travail trop répétitif. Et sans le blaser. Par contre, le niveau d’exigences augmente d’une façon générale.

 

Un maître mot : la régularité !

Quel que soit le niveau de travail que vous demandez à un cheval, faites-le de façon régulière. Sinon, vous n’obtiendrez jamais de résultats sur le plan de son physique. Mieux vaut lui proposer seulement une longe par semaine – je pars du principe que le cheval vit dehors ou sors plusieurs heures pas jour – plutôt que de le sortir 3 fois dans une semaine une fois de temps en temps. Mettez-vous à sa place, et imaginez que vous souhaitiez vous mettre à courir. Pensez à votre cardio, à vos muscles, aux courbatures les lendemain de séances, à la fatigue… Le corps de votre cheval ne fonctionne pas différemment du vôtre. Alors ne lui demandez pas ce que vous ne pourriez pas imaginer de faire !

Et sachez qu’il faut compter environ deux mois de travail régulier pour constater une réelle évolution sur le plan musculaire

 

J’espère que cet article vous aura aidé(e) à mieux comprendre comment organiser le travail de votre cheval en fonction de votre objectif avec lui. Si oui, partagez-le et pensez à vous abonner au blog pour ne pas rater le prochain ! 

 

 

Laure Souquet
Ostéopathe équine et cavalière
equinessentiel(a)gmail.com


Photographe : Kevin Simonet
www.suismonobjectif.com

Ostéopathe chevaux chiens équin canin Montluçon Vichy Moulins Clermont Ferrand Thiers Volvic et Riom Pays de Gex Annemasse Douvaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *