L’ostéopathie, une solution à la dissymétrie du cheval

Faire monter le dos du cheval, une question d'impulsion - Laure Souuquet Equinessentiel - Dressage
Faire monter le dos du cheval, une question d’impulsion
19 février 2020
Coronavirus covid 19 confinement et chevaux - Yin Yang Tao Chaos - Un nouveau monde du cheval
Coronavirus covid 19 et chevaux, des questions émergent
29 mars 2020
Avant / après une séance d'ostéopathie sur un cheval - Laure Souquet ostéopathe équine entre Montluçon, Thiers, Clermont Ferrand et Riom

Me croirez-vous si je vous dis que l’ostéopathie peut apporter une solution à la dissymétrie de votre cheval ? Cette problématique est si ennuyeuse pour le cheval au travail que certains cavaliers en ont fait leur fer de lance. Pourtant, un ostéopathe bien formé peut réduire significativement la dissymétrie de votre cheval en une seule séance.

 

La dissymétrie d’un cheval, qu’est-ce que c’est ?

Appliqué au cheval, le terme « dissymétrie » désigne la facilité plus ou moins grande avec laquelle celui-ci travaille à main gauche et à main droite. Presque tous les chevaux sont plus agiles à une main qu’à l’autre. On dit qu’ils sont droitiers ou gauchers selon la main à laquelle ils se débrouillent le mieux. Elle est tout à fait normale lorsqu’elle est légère. Mais cette dissymétrie peut devenir un vrai problème si elle est très marquée. En effet, il est alors presque impossible d’obtenir la rectitude recherchée en dressage. Et même en obstacle elle pose problème. Car le cheval tend alors à se déporter toujours du même côté lorsqu’il saute.

Un cheval droitier met davantage de poids dans son antérieur droit. De ce fait, il en met moins dans son postérieur gauche. Et pour compenser son déséquilibre, il tient ses cervicales basses légèrement incurvées vers la gauche. En mouvement, il tend à tomber sur l’épaule droite, quelle que soit la main à laquelle il travaille. A main gauche, il tombe donc sur l’épaule extérieure. Donc il agrandit vos cercles et part plus facilement en céder à la jambe qu’en épaule en dedans. Alors qu’à main droite il tombe sur l’épaule intérieure. Donc il s’incurve moins aisément et s’effondre à l’intérieur de vos cercles. C’est bien évidemment l’inverse pour les gauchers, qui sont beaucoup moins nombreux. Si ces déséquilibres sont très forts, ils peuvent causer de grandes résistances au travail chez les chevaux. Et dans tous les cas ils compliquent beaucoup l’obtention d’un travail propre et égal aux deux mains.

La dissymétrie d’un cheval est donc un vrai problème pour le cavalier, d’autant plus qu’elle est importante. Or, l’ostéopathie peut aider à la solutionner.

 

Pour réduire la dissymétrie d’un cheval, il faut remonter à sa source

Lorsqu’on avance en niveau en dressage, on en vient forcément à travailler sur la dissymétrie du cheval. Certains cavaliers ont même créé des méthodes spécialement pour réduire cette dissymétrie. C’est le cas par exemple de Pierre Beaupère qui a passé des années à développer une approche bien à lui de l’entraînement du cheval à la rectitude. Pourtant, quoi qu’il fasse, il restait toujours une légère dissymétrie chez ses propres chevaux, qu’il n’arrivait pas à gommer.

Un jour, après quelques échanges sur le sujet, il m’a fait venir pour les soigner. Il était curieux de voir si mon approche permettrait à ses chevaux de progresser encore davantage. Je leur ai donc fait une séance à chacun. Le lendemain, il les a monté en ma présence, afin de constater ensemble s’il y aurait déjà une évolution ou non. Il a été extrêmement surpris de ressentir un véritable changement chez ses deux chevaux. Je semblais pourtant les avoir à peine touchés, utilisant des techniques fluidiques très douces. Mais des difficultés présentes depuis des années malgré un entraînement centré sur leur atténuation s’étaient envolées en l’espace d’une seule séance. Parce que l’origine de la dissymétrie d’un cheval réside dans un stress de ses tissus qui s’y inscrit avant même sa naissance. Seul un bon ostéopathe connaissant une certaine approche de l’ostéopathie peut relâcher ce stress et permettre au cheval de retrouver son équilibre le plus parfait possible.

 

La torsion physiologique, une révolution pour la recherche de la rectitude du cheval

Au début des années 2000, Yves Guillard, un ostéopathe humain a fait une découverte très intéressante pour nous autres ostéopathes. Il a senti un nouveau temps de ce que nous appelons le MRP ou Mouvement Respiratoire Primaire, un mouvement d’origine crânienne qui se transmet à tous les tissus du corps. Il a appelé de temps « torsion physiologique« . De son ressenti, il a su faire découler une nouvelle approche du soin ostéopathique, permettant notamment de résoudre les problèmes de scolioses chez l’humain.

En effet, si une scoliose apparaît au cours de la croissance, c’est parce que ce temps du MRP est bloqué chez l’enfant avant même sa naissance. Lorsqu’il vient au monde, son bassin est déjà déséquilibré. Ce qu’il compense lorsqu’il se met debout en tordant sa colonne vertébrale. Ce blocage est en fait présent chez de très nombreuses personnes. Mais la courbure de la colonne lombaire n’est pas toujours suffisante pour que les médecins parlent de scoliose. Yves parle alors de parascoliose. Problème qui disparaît en quelques minutes de soin.

Or, ce déséquilibre appelé parascoliose existe également chez les chevaux. On l’observe très facilement en se plaçant derrière eux. On voit alors nettement le décalage du bassin vers la droite ou vers la gauche, ainsi que les courbures que doit prendre la colonne vertébrale pour compenser cette déviation. Avec un bassin ainsi dévié, impossible pour le cheval d’être symétrique dans son travail. Mais en quelques minutes, le bassin est rééquilibré et la colonne retrouve sa rectitude. Le cheval qui avait marché des années avec un bassin dévié d’un côté est enfin libre dans sa locomotion !

 

 

Si votre cheval est dissymétrique au travail, pensez-donc à l’ostéopathie !

Guider un cheval vers la rectitude nécessite que son corps soit parfaitement libre. Pensez-y si votre cheval souffre d’une dissymétrie. Montrez-le à un ostéopathe connaissant la torsion physiolgique et sachant la libérer. Vous aurez la surprise de découvrir un tout nouveau cheval après la séance ! Evidemment, l’idéal est que le problème soit également réglé chez vous, afin que vous n’embêtiez pas le cheval avec votre propre dissymétrie. 

Bien sûr, s’il s’est déplacé pendant des années avec un bassin dévié et le corps incurvé, ses muscles se sont habitués à cette façon de fonctionner. Après la séance, il lui faut encore environ deux mois pour rééquilibrer ses muscles. Cela passe justement par un travail d’assouplissement et de renforcement musculaire justement adapté à sa problématique spécifique. Mais ce travail est alors bien plus facile, le cheval n’ayant plus à lutter contre un blocage profond. Comme toujours, pour régler un problème il convient de remonter à son origine !

 


Laure Souquet
Ostéopathe équine
equinessentiel(a)gmail.com


Photographe : Kevin Simonet
www.suismonobjectif.com

Ostéopathe chevaux chiens équin canin Montluçon Vichy Moulins Clermont Ferrand Thiers Volvic et Riom Pays de Gex Annemasse Douvaine

1 Comment

  1. Michele Lambour dit :

    Votre article sur La dissymétrie arrive au moment où je touche le fond du découragement concernant mon cheval (8 ans) et ce que vous décrivez me redonne un peu d’espoir.
    Junior présente des accrochements de rotule du postérieur gauche.
    J’ai déjà vu 2 vétérinaires et 4 ostéos qui s’arrêtent sur le grasset et conseillent invariablement « Faut muscler, des montées et descentes, du grand galop » Or, à chaque fois que j’ai appliqué ces consignes, la sanction tombe le lendemain avec un postérieur raide et un grasset douloureux.
    Moi, j’ai toujours été convaincue que le problème résidait plus haut.
    Il est droitier avec une déviation évidente du bassin vers la droite au point que son postérieur gauche rentre beaucoup trop vers la droite, comme s’il était cagneux du fémur !
    Cette position favoriserait l’accrochement, la rotule se trouvant alors mécaniquement sur l’extérieur de la tête fémorale. Ceci vous parait-il plausible ?
    Où trouver un ostéopathe connaissant la torsion physiologique ? J’habite Chevreuse (78460) proche Versailles ou Rambouillet.
    Nous sommes amies sur FB, je tente aussi de vous joindre par messenger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *