Soigner la gale de boue

par Équinessentiel dans Astuces naturelles | 2 commentaires

Une affection courante en hiver est la gale de boue. Elle touche principalement les chevaux à peau sensible ou aux fanons longs et fournis. Et il est souvent difficile de s’en débarrasser! Pourtant elle n’est pas à prendre à la légère car elle peut entraîner des complications. Heureusement, des solutions existent et je vais vous les présenter.

 

Déjà, savez-vous ce qu’est une gale de boue? Un problème de peau qui se caractérise par l’apparition de croûtes principalement localisées au niveau des membres. Certes. Mais à quoi ces croûtes sont-elles dues? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’expression « gale de boue » ne désigne plus seulement une vraie gale, c’est à dire une réaction à des acariens. C’est devenu un terme général pour désigner les irritations et crevasses qui apparaissent sur les membres, quelle que soit leur origine.

 

Comment une gale de boue se déclare-t-elle? Elle intervient suite à une irritation de la peau. Une gale de boue peut donc se déclarer à n’importe quelle saison, même si c’est plus fréquent en hiver car la boue, l’humidité et le sable mouillé fragilisent la peau. En été, on en voit régulièrement au creux des paturons des pieds à balzanes, lorsque le soleil est fort et brule la peau rose et sensible de cette zone. Et oui, le cheval peut prendre des coups de soleil au creux des paturons! Que ce soit à cause du soleil ou de l’humidité, lorsque la peau est très irritée, elle peut finir par se crevasser. Ces crevasses, véritables trous dans la barrière protectrice de la peau, laissent le champ libre aux bactéries et champignons qui peuvent alors créer rapidement des infections importantes. A ce moment, la peau du cheval est douloureuse et celui-ci peut même finir par boiter. S’il n’est pas soigné ou si les soins ne se révèlent pas suffisamment efficaces, le problème risque de s’aggraver et de déboucher sur une lymphangite. C’est à dire que l’infection finit par entraîner une inflammation du système lymphatique du cheval. Cela se traduit par un fort engorgement du bas des membres qui peut s’installer et rester permanente si elle n’est pas prise à temps, allant jusqu’à déformer les membres du cheval de façon irréversible, avec ou sans boiterie. Je l’ai observé à plusieurs reprises et notamment chez des Irish Cob aux fanons particulièrement fournis. Les déformations des boulets sont parfois impressionnantes. Connaissant ces risques, autant tout faire pour éviter d’en arriver là! C’est pourquoi je vous recommande vivement de ne jamais laisser traîner une gale de boue qui s’installe. Agissez dès les premiers signes d’irritation de la peau.

 

Alors comment soigner une gale de boue?

 

Bien évidemment, il faut commencer par éliminer les causes de son apparition. Si elle fait suite à un coup de soleil, penser à la crème solaire, ça semble bête mais ça protègera votre cheval pendant les heures où il tape le plus fort. Si la boue est en cause, mettez en place des solutions pour la réduire dans son pré et l’encourager à y passer le moins de temps possible. 

Vous voulez savoir comment ?

 

Je vois souvent de grosses erreurs dans les soins prodigués aux chevaux atteints d’une gale de boue. Par exemple, beaucoup de gens lavant les membres à grande eau, arrachent les croûtes, nettoient à la bétadine et/ou appliquent de l’huile essentielle de théier. Autant de choses à éviter. Une comparaison vous aidera sûrement à mieux comprendre pourquoi. Imaginez. C’est l’hiver, vous passez du temps dehors, les mains à l’air et dans l’humidité à vous occuper de vos chevaux, à ouvrir des filets à foin gelés et à briser puis évacuer la glace des abreuvoirs (oui oui, ça sent le vécu! 😉 ). Rapidement, vos mains s’assèchent, et si vous ne les protégez et ne les soignez pas, des crevasses se creusent dans les plis de peau entre vos doigts et au niveau de vos articulations. Auriez-vous alors l’idée de vous laver longuement les mains, de les nettoyer à la bétadine et de les soigner à l’huile de théier, autant de traitements asséchants? Il y a fort à parier que votre réflexe serait plutôt de faire disparaitre vos mains sous d’épaisses couches de crème hydratante aussi grasse que possible! Ne croyez-vous pas que votre cheval vous serrez reconnaissant de faire de même pour lui?

 

Pour soigner une gale de boue, je vous recommande donc de laisser sécher la boue s’il y en a et de brosser doucement les membres de votre cheval avec un bouchon jusqu’à bien le débarrasser de ses impuretés. Surtout, laissez les croûtes en place. Si vous les retirer, vous ferez souffrir le cheval, bien sûr, et surtout vous enlèverez les protections qu’il a commencé à mettre en place et laisserez de nouveau la place aux bactéries et champignons pour attaquer sa peau. Plutôt que de chercher à retirer les croûtes, travaillez à les faire tomber naturellement en favorisant la cicatrisation de la peau. Pour cela, il est nécessaire d’hydrater au maximum la peau, de la nourrir, de traiter l’infection et de stimuler la cicatrisation.

 

 

J’ai longtemps cherché la meilleure solution pour réaliser tout cela en même temps et j’ai testé plusieurs produits naturels et plusieurs formules. L’extrait de pépin de pamplemousse donne de bons résultats sur les gale de boue de gravité légère à modérée. Le miel mélangé à de l’huile essentielle de lavande est assez efficace, mais il ne résiste pas à l’eau ni à la boue. On peut mettre les huiles essentielles dans de la vaseline, ce qui donne un produit gras et hydrofuge, mais ce n’est pas le plus efficace pour la cicatrisation et c’est très désagréable à appliquer comme à nettoyer. J’ai donc cherché autre chose. Et j’ai finalement trouvé, testé et validé un produit bio dont les tests « cliniques », si l’on peut dire cela ainsi, ont d’ailleurs été réalisés par mon compagnon et moi sur l’un de nos chevaux et quelques uns de ceux que l’on soigne. C’est le « baume gale de boue 5 étoiles ». La force de ce produit est de combiner tous les effets requis, de l’hydratation au traitement en passant par la cicatrisation. Les huiles végétales et la cire d’abeille qu’il contient nourrissent la peau et la protègent de l’humidité. Le miel de thym et les huiles essentielles de lavande aspic et de théier luttent contre l’infection. L’huile essentielle de clou de girofle réduit l’inflammation. La propolis stimule les défenses de l’organisme et stimule la régénération de la peau. Les résultats sont rapides et impressionnants. Il suffit de bien nettoyer la peau et d’appliquer une bonne noisette de produit sur toute la surface touchée, en massant doucement pour bien étaler et faire pénétrer le produit. Pensez à prendre en une seule fois la dose dont vous avez besoin, quitte à la déposer sur votre paume avant de l’étaler petit à petit. Ainsi vous éviterez de contaminer le pot en y replongeant vos doigts qui auront massé la peau infectée. Testez-le par vous même, vous comprendrez pourquoi j’utilise et vous propose ce produit!

Ce produit vous intéresse ?

 

gale-de-boue-soins-naturels-soigner-chevaux-cheval-equinessentiel

 

Comme toujours, je vous rappelle que si votre cheval est particulièrement sujet à ce type d’affection, cela peut être le signe d’une fragilité de sa peau ou d’une faiblesse qui peut cacher autre chose comme une maladie sous jacente ou une carence. Pensez donc toujours à revenir aux bases, quel que soit le problème : alimentation adaptée et de bonne qualité, complémentation, vermifugation, équilibre psycho-émotionnel, exercice suffisant. Et n’hésitez pas à creuser davantage dès que vous êtes face à un problème chronique.

Dans tous les cas, je vous conseille de toujours compléter votre traitement de la gale de boue par un stimulant immunitaire et un complément à base de plantes bio ciblé sur l’amélioration de la qualité de la peau.  

 

 

Laure Souquet
0033 6 19 12 02 37
equinessentiel(a)gmail.com

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

  1. Marine

    Merci beaucoup pour tous ces bons conseils, ça fait du bien de trouver sur le net des solutions alternatives et naturelles !

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!