Réussir sa relation avec un étalon

par Équinessentiel dans Relation | 13 commentaires

Beaucoup de gens ont encore peur des étalons et hésitent à garder leurs poulains ou leurs jeunes chevaux entiers. Si vous êtes dans ce cas, vous vous posez peut-être beaucoup de questions comme : « quelle différence y a-t-il dans le travail avec un entier? », « comment réagira-t-il face aux autres chevaux? », « réussirai-je à le gérer? »… Je vous donne ci-dessous quelques pistes!

 

Tout d’abord, comme je l’expliquais dans mon précédent article, un étalon a un grand besoin de mouvement et de contacts physiques avec ses congénères. Alors si vous souhaitez que votre relation avec lui soit saine, tenez-en compte et montrez-lui que vous le respectez en le laissant mener une vie de cheval. J’ai bien conscience que ce n’est pas toujours facile dans notre pays où très peu de pensions acceptent les entiers sans les reclure dans un box ou un petit paddock aux allures de prison. Cependant, plus nous serons nombreux à faire le choix de trouver à nos entiers un lieu de vie adapté, plus il y en aura. L’offre finit toujours par s’adapter à la demande, alors demandons sans relâche, et les choses changeront. En attendant, il vous sera peut être difficile de trouver une écurie idéale. Vous devrez donc faire des compromis. Le mettre en pension un peu plus loin, trouver un hongre ou au autre étalon dont le propriétaire acceptera qu’ils vivent ensemble. Tout ces efforts seront récompensés par le bonheur de votre cheval!

 

Tous les entiers ne sont pas faciles à gérer, soyons honnêtes. Dans la nature, tous les mâles ne vivent pas avec un harem. Pourquoi? D’abord parce qu’il faudrait pour ça qu’il naisse bien plus de juments que d’étalons, ce qui n’est pas le cas! En réalité, pour obtenir un harem, un étalon doit se battre avec les autres, et tous n’en ont pas l’envie ou la capacité. Pourquoi? Parce que tous n’ont pas le même taux de testostérone. Plus ils en produisent, plus ils ressentent fort le désir d’avoir des rapports avec les juments et plus ils sont prompts à combattre pour elles. Pour nous, ces chevaux sont donc plus dur à gérer. Quoi que vous fassiez, si votre cheval est ainsi, il aura toujours tendance à se montrer agressif envers les autres mâles à fort taux de testostérone dès qu’il y aura des juments à proximité. Et il lui sera très difficile de résister à l’appel des juments. C’est le cas de Zéphyr. Notez bien que de tels chevaux peuvent parfaitement rester tels qu’ils sont même après castration. En effet, la testostérone n’est pas seulement produite au niveau des testicules mais aussi par les glandes surrénales, et plus précisément les corticosurrénales. C’est pourquoi certains hongres conservent un comportement très « entier ».

 

A l’inverse, certains étalons sont peu attirés par les juments et donc bien plus faciles à gérer. Ils peuvent être montés avec des juments même en chaleurs, sans aucun problème. Et ils peuvent vivre très facilement dans une écurie « mixte », avec étalons, hongres et juments, sans que cela leur soit difficile. C’est le cas de Kiano. Ceux qui me suivent un peu se demanderont ce qu’il en est de Valoroso. Et bien, il ne le sait pas encore lui même! Pour l’instant, une jument est source de stress pour lui, et à choisir il préfère aller vers un autre mâle.

 

Le problème si votre étalon fait partie de ceux qui ont besoin d’une famille, c’est que s’il n’en a pas et que vous êtes une femme, il peut vous considérer comme une compagne potentielle. Très romantique mais attention : ce n’est pas bon pour lui et c’est dangereux pour vous. Pourquoi? Parce qu’un jour il pourrait essayer de vous monter. C’est pourquoi vous ne devez jamais tourner le dos à un étalon et marcher devant lui. Allez, pas de blagues grivoises ni de réactions choquées s’il vous plait. C’est la nature et l’explication en est toute simple et scientifique : les phéromones des juments et celles des femmes sont très proches, presque identiques, et c’est pour cela qu’un cheval peut être attiré par une femme et arrive même à détecter où elle en est dans son cycle. Tous les étalons dont je me suis occupée, sans exception, et même les plus « froids », se sont montrés amoureux. Et pourtant aucun n’a jamais manqué de respect à mon égard. Tout simplement parce que les bases de ma relation avec eux ont toujours été clairement établies : confiance et respect mutuels.

 

C’est l’étape la plus importante de toute relation avec un cheval, quel qu’il soit, et c’est une condition sine qua non pour évoluer en toute sécurité avec un étalon. Établir le respect. Le cheval doit savoir que quoi qu’il arrive il n’a pas l’autorisation de rentrer dans votre bulle sans y être invité, ni de vous bousculer, de vous mordre ou de vous taper, de se gratter sur vous. Il doit faire attention à vous, vous devez être important(e) pour lui. Nul besoin de se montrer violent(e) pour cela bien entendu! Ce n’est pas de force physique dont vous avez besoin avec un cheval. Seulement de force intérieure, de calme et de constance. Et de beaucoup d’amour!

 

Relation étalon entier cheval chevaux liberté respect travail à pied monté comportement castrer ostéopathie équine ostéopathe 74  01 gex annemasse seynod genève équinessentiel Laure Souquet

 

Lorsque vous aurez acquis cette importance aux yeux de votre étalon, vous deviendrez un membre de son troupeau, et le membre référent qui plus est. Ce qui veut dire qu’il vous écoutera lorsque vous lui demanderez de rester calme en présence des autres chevaux, qu’il vous évitera s’il a peur et fait un écart, qu’il n’aura jamais de geste agressif à votre égard. En gagnant son respect, vous aurez garanti votre sécurité.

 

A partir de là, plus rien ne vous posera de problème tant que vous serez avec lui!

 

Vous pourrez alors commencer à travailler à pied dans les meilleures conditions. Que devez-vous savoir pour cela? Pas grand chose de spécial. Simplement qu’un étalon est souvent particulièrement sensible, contrairement à ce que beaucoup pensent souvent. Alors il lui faut tout autant de finesse et de douceur qu’un autre cheval. Par contre, il peut avoir des comportements différents de ceux d’une jument. Par exemple, une jument utilise généralement ses postérieurs pour taper, alors qu’un entier va préférer se mettre debout, lancer ses antérieurs ou mordre. Attention donc à bien vous trouver à son épaule au travail. Par contre, attention à ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu!

 

Sinon, un étalon est tout simplement un cheval! Entier, il l’est dans son caractère, plein de vie, câlin (souvent bien plus qu’une jument), joueur, et en grandissant plein de sagesse. Ses allures sont naturellement plus brillantes à condition qu’il puisse s’exprimer, il est alerte et aime l’échange. Sans cicatrices de castration, il conserve des tissus souples et sa capacité à engager et à se propulser.

 

En résumé, vous devez déterminer à quel type d’entier appartient le vôtre : attiré par les juments ou pas, prêt à se battre pour elles ou pas. En fonction de cela, c’est le choix d’environnement qui sera déterminant. Pour le reste, confiance et respect doivent être la pierre angulaire de votre relation, et ils vous ouvriront tous les possibles!

 

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Rosa

    J’ai hérité d’un entier de 15ans l’an dernier. Je relevais d’un grave accident (chute de cheval) et ai dû attendre quelques mois avant de le monter. J’ai établi une très bonne relation à pied – longe, travail en main, en liberté, jeux -, mais monté, il se bloqué, refuse d’avancer et surtout refuse de prendre le galop. Après une séance à pied, je suis émerveillée et heureuse, après une séance à cheval, je suis accablée, déprimée, un peu découragée. Je vais me pénétrer encore plus de vos conseils, même si j’ai l’impression de les appliquer déjà. Merci.

    • Bonjour,

      Si votre cheval se bloque monté et refuse le galop, il s’agit peut être d’une douleur qui n’a pas été identifiée. Pensez-y avant de remettre en cause la qualité de votre relation! La selle est-elle adaptée? Avez-vous fait appel à un(e) saddle fitteur/euse? Avez-vous demandé à un ostéopathe de vérifier entre autre son dos? A un dentiste de regarder ses dents?

  2. Shara

    Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord avec vous ! C’est extrêmement bien développé !

    J’aimerais cependant savoir comment travaille cette force intérieure dont vous parlez. Pour le calme et la constance, c’est assez évident mais pour le reste, j’ai souvent du mal à monter une énergie assez haute pour que mon jeune de 18 mois attendent avant de rentrer dans mon espace. Quand c’est lors d’un exercice, pas de problème mais ce n’est pas hyper régulier et il lui arrive parfois encore de me bousculer un peu pour aller prendre telle ou telle touffe d’herbe sans jamais montrer d’agressivité.

    Des idées pour réussir à s’affirmer sans passer par la violence ? Je pensais au théâtre notamment.

    Merci !

  3. Vanlichtervelde Maëva

    Bonjour,

    J’ai actuellement un Boulonnais entier de 17 mois, et la question de la castration se pose actuellement mais j’hésite du simple fait d’avoir peur de ne pas savoir le gérer…. et en même temps je me dis  » pourquoi le castrer ? Pour l’instant il s’en fout des juments et préfère faire des câlins avec les mâles ! Pensez-vous qu’un cheval ai besoin de reproduire si on le garde entier ? ou peut-il vivre sans reproduire en étant entier ?

    • Bonjour,

      Dans la nature, seul 10% des entiers ont un harem et font des poulains. Les autres vivent en groupes de mâles toute leur vie. Aussi, les entiers ne sont pas tous faits pour reproduire. Après, il faut tout de même bien les connaître, bien instaurer le respect à pied et se montrer prudent.

  4. Myra

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur vos articles hier et ceux concernant les entiers m’intéressent beaucoup car j’en ai acheté un il y a 5 mois environ. C’est un PRE de trois ans et une crème, du type de Kiano niveau comportement : bon il est jeune il peut encore évoluer mais il est très froid et vraiment calme et câlin, un bonheur. Un passage de votre article a particulièrement attiré mon attention : « ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu! ». La pro qui me suit dans mon débourrage m’a dit de le punir à chaque fois qu’il tente quelque chose avec sa bouche(tape sur le nez, « main qui mord », barrière avec le coude…) mais il n’a jamais cherché à véritablement mordre, il ne fait que mordiller et encore il ne m’a jamais attrapé la peau ou chercher à me faire mal. Malgré ça, je n’ai pas encore réussi à lui faire passer cette manie car à pied quand je commence à lui demander de se concentrer il cherche beaucoup à m’attraper (et on me fait souvent la remarque). Aussi j’aimerais avoir quelques conseils pour ce problème et savoir du coup ce que vous préconisez pour les chevaux qui mordillent… Enfin niveau respect n’ayant pas été beaucoup manipulé il ne sait pas toujours ce qui se fait ou non mais on avance même si j’ai un autre problème : bien qu’il fasse plus attention à moi qu’au début, dès qu’il y a une flaque d’eau et que je veux le faire passer dedans tout en étant à côté il va avoir tendance à vouloir me pousser pour ne pas mettre ses pieds dans l’eau malgré mon insistance et ma fermeté à lui décaler l’épaule pour le repousser… Un conseil? Merci encore pour ces supers articles!!!

    • La priorité est de régler votre problème de respect : le fait que votre cheval vous marche dessus lorsqu’il a peur est bien plus important que le fait qu’il vous mordille! Cela vous met en danger et montre que vous n’êtes pas encore sa référante. Et vous devrez le devenir. Pour cela, vous devez lui prouver que vous êtes plus importante que tout le reste. Il doit être attentif à vous à tout instant, et savoir qu’il peut se reposer sur vous s’il a peur de quelque chose.
      Ceci acquis, vous pourrez poser votre limite pour les mordillements. C’est à vous de le définir. Par exemple, a-t-il le droit de poser ses lèvres sur vous ( je vous le conseille fortement), de mordiller vos vêtements, de poser ses dents sur votre peau, etc. Vous devrez décider où vous êtes à l’aise. Dès qu’il va au delà, marquez votre limite. Mais ne laissez pas les remarques des autres vous dicter cette limite. Faites vous confiance. La réussite d’une relation avec un cheval réside dans un juste dosage entre la conscience du danger que peut représenter l’animal et la confiance en lui. Quelqu’un’ a dit un jour « l’amitié sans confiance est une fleur sans parfum ». C’est aussi vrai avec les chevaux.

      • Myra

        Merci beaucoup pour la réponse! On travaille beaucoup sur le respect et c’est en très bonne voie! Malgré tout, à mon sens les mordillements vont avec cette question de respect car il n’a pas encore compris qu’il ne pouvait pas le faire! Qu’il pose ses lèvres cela ne me gêne pas mais je ne veux pas qu’il fasse mine de mordre ou juste mordiller, ça c’est non; d’où ma question : que faire de concret dans ce cas-là? Vous me dites de « poser mes limites » mais j’ai déjà montré mon désaccord de nombreuses manières(voir mon précédent message) et cela n’a pas réglé le problème. J’aimerais vraiment avoir un « truc » qui fonctionne. Je reviens aussi à votre phrase : « ne pas confondre les mordillements qui sont une invitation au jeu avec les morsures. Si vous punissez un cheval qui cherche à jouer, vous perdrez sa confiance et toute possibilité de jeu! ». Comment lui montrer la différence alors? Que faites-vous vous pour régler ce souci? Merci encore! 🙂

  5. Gibelli

    Bonsoir
    Mon cheval à 4ans et demie il est adorable Et n a pas jusqu’à ce jour un comportement d entier
    Cependant de temps en temps il se retourne et me mordille quand je je réprime de il a l’air craintif mon coach me dit que je ne dois pas accepter d’être mordillée même sans agressivité et me conseille de lui donner une claque , je. E suis pas d’accord je préfère lui pousser sa tête et lui dire non, quel est votre avis?

    • Bonjour,

      Il m’est difficile de vous donner un avis sans vous avoir vue avec votre cheval. L’essentiel est de conserver la confiance de votre cheval sans vous metre en danger pour autant.

  6. Bonjour , j’ ai hérité d’un entier de 3 ans ce printemps quarter horse . En très mauvais état , anémie peins de poux … après l’avoir remis en forme celui ci s est mis à me mordre ,donc difficile à travailler au sol sans se faire agresser.
    Je l’ai mener en débourrage chez une professionnelle d’équitation western, qui m’a rendu un cheval exemplaire respectueux .
    A son retour je l’ai remis dans son troupeau 2 juments et 1 hongre (8 octobre environ) tout ce passait assez bien dans le travail jusqu’à la semaine dernière où il s interposé entre moi et ses juments ,il devient agressif et se remet à mordre .du coup le travail redevient compliqué voir même dangereux ..que me conseillez vous ?

    • Bonjour,

      Je vous conseille pour commencer de ne pas mettre de hongre entre lui et ses juments, car celui-ci risque fort de se retrouver agressé lui aussi.
      Pour le reste, je préfère ne pas vous donner de conseils par écrit, sans pouvoir vous encadrer, car comme vous le dites il y a là un danger indéniable. Faites appel à un professionnel habitué à gérer ce genre de situations pour vous aider en direct.
      Si vous ne pouvez le gérer entier, honnêtement, je vous conseille de le vendre ou de le castrer.

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!