Pieds ronds ou ovales

par Équinessentiel dans Entraînement, Ostéopathie, Parage | 4 commentaires

Aujourd’hui je partage avec vous une question existentielle que l’on m’a posée l’autre jour : pourquoi les pieds antérieurs des chevaux sont-ils plus ronds que les postérieurs? Y avez-vous déjà réfléchi? Moi oui, et voici ce que j’en pense.

 

Chez tous les chevaux, vous constaterez cette différence. Leurs pieds antérieurs sont arrondis alors que leurs pieds postérieurs sont plus ovales. Oui, et alors? Et bien selon moi, si cette différence se remarque chez tous les chevaux, c’est que c’est un caractère inscrit dans les gènes de l’espèce cheval. La nature ne faisant jamais les choses par hasard, cela signifie que cette différence de forme a un sens. Les pieds du cheval lui servant essentiellement à se déplacer, ce sens est forcément lié à sa locomotion. Commencez-vous à comprendre l’intérêt de cet article?

 

La forme des pieds du cheval est adapté à sa façon de se déplacer. Structure et fonction sont étroitement liées. Donc étant donné que la forme des pieds diffère entre les antérieurs et les postérieurs, nous pouvons en déduire que le cheval ne les utilise pas de la même façon. Réfléchissons deux minutes pour mieux le comprendre.

 

Quel avantage un pied bien rond représente-t-il pour la locomotion? Vous savez que lors du poser, le pied s’ouvre, s’agrandit pour amortir le choc. Et bien je pense que plus un pied est rond et plus il est à même de s’ouvrir, et donc d’amortir le choc du poser.

 

A l’inverse, un pied ovale peut beaucoup moins s’ouvrir en se posant au sol. Mais il est ainsi plus à même d’accrocher au sol lorsque le cheval pousse avec son postérieur. La pince plus ovale lui donne une meilleure accroche au sol.

 

Cela signifie que le cheval utilise ses postérieurs pour se propulser en avant et ses antérieurs pour réceptionner cette énergie. Cela vous semble-t-il logique? Pensez à un cheval qui saute : il se propulse au-dessus de l’obstacle grâce à la poussée de ses postérieurs, se réceptionne sur les antérieurs puis engage ses postérieurs pour une nouvelle poussée. Imaginez un cheval au galop. C’est la même chose. 

 

Locomotion cheval chevaux attitudes naturelles postérieurs poussent biomécanique dos pieds 4

 

Et oui, la nature fait bien les choses, et si nous l’observons bien, nous pouvons en tirer des enseignements intéressants. Ici, elle nous renseigne sur la locomotion naturelle du cheval. Naturellement, le cheval porte entre 56 et 60% de son poids sur ses antérieurs. C’est bien connu, et les dresseurs tentent de modifier ce rapport pour amener le cheval à reporter du poids sur les postérieurs afin de libérer ses épaules et de le rassembler pour des airs de haute école. Seulement, un simple regard sur les pieds du cheval nous montre que la façon dont un animal se déplace naturellement conditionne énormément son anatomie. Et nous ferions le même constat en étudiant ses membres dans leur ensemble.

 

En effet, si vous regardez les postérieurs du cheval, vous pouvez voir que leurs os et articulations leur donnent une forme en accordéon. C’est très pratique pour développer de la force rapidement, à la manière d’un ressort lorsque qu’il se décomprime. Par contre, si l’on doit réceptionner du poids sur un membre ainsi conformé, il faut développer beaucoup de force musculaire pour empêcher la fermeture des angles articulaires. De plus, les postérieurs sont reliés à la colonne vertébrale du cheval par les articulations sacro-iliaques (du bassin), qui comportent des ligaments très puissants. Ces fortes attaches permettent aux postérieurs de transmettre très facilement leur mouvement à la colonne vertébrale du cheval, et donc à tout son corps. Mais pour absorber des chocs importants ce n’est pas l’idéal. Au contraire, les membres antérieurs sont beaucoup plus droits, ce qui les rend moins efficaces pour la poussée et nécessite un effort musculaire bien moindre pour absorber une réception. En outre, ils ne sont pas reliés à la colonne vertébrale par des articulations mais par de puissants muscles, ce qui rend cette liaison beaucoup plus élastique. Ceci nous confirme que le cheval est bien conformé pour pousser avec ses postérieurs et recevoir cette poussée avec ses antérieurs. Alors si on modifie la répartition du poids entre ses membres, ne risque-t-on pas de soumettre ses articulations à des contraintes anormales? 

 

Rappelez-vous bien que dans la nature, le cheval ne passe par des allures rassemblées que de façon passagère, lors de démonstrations de force, de joie ou de curiosité. Ces attitudes ne sont que passagères, ne laissant pas le temps à ses muscles de se figer ni à ses ligaments de souffrir des contraintes imposées. Dès lors, si nous souhaitons respecter son intégrité physique, nous devrions en tenir compte dans notre équitation. 

 

Locomotion cheval chevaux attitudes rassemblées postérieurs portent biomécanique dos pieds 3

 

A bientôt pour un plus grand développement sur la locomotion du cheval, et cette fois-ci du cheval monté!

 

Laure Souquet
0033 6 19 12 02 37
laure.souquet(a)wanadoo.fr

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Raphaele

    Bonjour,

    Voila mon avis sur la question.

    La vraie forme des pieds est intimmement liée à celle de la phalange.
    Les phalanges antérieures sont effectivement moins ovales que celles de derrière mais à mon sens ça ne justifie pas un pied rond voire même carré (que les maréchaux essaient de contenir avec deux pinçons)
    Bien souvent la zone des mamelles est beaucoup trop longue et donne des pieds ronds ou carrés alors de même les antérieurs devraient être ovales et ceux de derrière plus « triangulaires ».
    La forme extérieure des sabots est contionnée par le parage, on peut finr avec un pied ovale et un pied rond sur le même cheval suivant comment on pare et cela reflètera plus ou moins la forme du véritable pied (qui n’est autre que la phalange et les tissus qui l’entourent).
    Pour donner un exemple, la photo de l’article « pieds nus, pour tous les chevaux » montre par exemple des pieds ‘carrés », trop longs en mamelles.

    • Il est évident que la forme du pied est lié à celle de la phalange et que le parage la modifie sans en tenir toujours compte. Quand je parle de pieds ronds ou ovales, c’est une simple comparaison, les antérieurs sont « plus arrondis » que les postérieurs, cela ne veut pas dire qu’ils soient ronds. Je suis d’accord avec vous, et d’ailleurs aussi concernant cette photo. Ces pieds sont ceux d’une jument déferrée seulement quelques mois avant, et leur forme n’est pas idéale, mais je pense qu’il faut laisser le temps au pied de se rééquilibrer et je ne prends jamais plus que ce qu’il me permet de prendre sans nuire au cheval.

      • Raphaele

        Bonjour
        J’ai répondu à votre article car les pieds  » carrés » sont quelque chose que l’on voit couramment et qui sont à l’origine de déformation en cascade du pied.
        Vous dites : « mais je pense qu’il faut laisser le temps au pied de se rééquilibrer et je ne prends jamais plus que ce qu’il me permet de prendre sans nuire au cheval », je suis tout à fait d’accord mais en laisser trop peut tout aussi bien nuire au cheval et retarder son réequilibrage.
        Voila mon avis !
        Cela dit, je trouve vos articles très intéressants !
        Bien cordialement
        Raphaële

        • Merci!

          C’est vrai qu’on en rencontre vraiment beaucoup!
          Quand je dis que je laisse du temps, c’est parce que je ne suis jamais invasive. J’ai vu trop de chevaux ne plus pouvoir marcher après le parage de certains. Selon moi, le cheval ne doit pas souffrir, et il est essentiel qu’il soit à l’aise dans ses pieds afin qu’il marche un maximum. Car l’exercice joue tout de même un rôle très important dans le développement du pied et donc dans son ré-équilibrage. D’ailleurs la jument sur la photo en question est une jument d’attelage dans les montagnes du jura. Elle n’a jamais boité au déferrage, et pourtant elle partait de loin. Et puis, s’il faut compter 6 à 8 mois pour qu’un pied se refasse extérieurement, il faut plusieurs années pour que les structures internes guérissent et se développent convenablement. J’essaie de trouver le bon compromis entre le trop rapide et le trop lent, et cela dépend chaque fois du cheval! 😉

          Ceci dit, j’aimerais beaucoup en savoir plus sur votre travail, parce que vos commentaires sont intéressants. Et je suis toujours ravie d’échanger avec d’autres car c’est ainsi qu’on évolue!

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!