Pieds nus, pour tous les chevaux?

par Équinessentiel dans Parage | 37 commentaires

Pieds nus ou ferrés, c’est un éternel débat. Chacun a sa propre idée sur la question et la justifie plus ou moins bien, avec des arguments irréfutables plus ou moins fondés. Pas facile pour le non professionnel de s’y retrouver dans toutes ces opinions qui circulent sur internet et dans les écuries! Alors le pieds nus est-il adapté à tous les chevaux et à toutes les conditions?

 

Pour répondre simplement à cette question, revenons à la nature du cheval. Qu’est-ce qu’un cheval? C’est un animal, une proie qui dans son milieu naturel parcours des dizaines de kilomètres par jour sur tous types de terrains et est en mesure de déguerpir au grand galop à la moindre alerte. Avez-vous déjà vu un cheval venir au monde avec des fers? Moi non. Dans la nature, tous les chevaux sont pieds nus. Quels que soient leurs aplombs, la qualité de leur corne, leur poids, leur âge et le milieu dans lequel ils vivent. D’ailleurs, comment un animal incapable de marcher sur ses propres pieds aurait-il pu survivre ne serait-ce que jusqu’au temps des premiers ferrages? Alors d’accord, de nos jours il n’y a plus de sélection naturelle, et la reproduction contrôlée n’a pas arrangé les choses. Cependant, sur la durée d’existence de l’espèce Cheval, ces quelques années de vie commune avec nous ne sont qu’un très court instant, et aucun caractère physiologique n’a eu le temps d’être réellement modifié. N’importe quel cheval est donc capable de vivre pieds nus. Au moins avec des conditions de vie naturelles.

 

C’est là que le problème se complique. Pourquoi a-t-on inventé le fer? Pour protéger les pieds de chevaux soumis à des contraintes anormales, c’est à dire non physiologiques, auxquelles ils n’ont pas été créés pour résister. Je ne vais pas revenir sur l’historique du fer, restons en à ce qui nous intéresse, c’est à dire le présent. De nos jours, il y a deux raisons à la « fragilité » des pieds de certains chevaux.

 

La première est la mauvaise santé des chevaux, due à une alimentation inadaptée et déséquilibrée, à des conditions de détention sources de stress et rendant impossible une bonne hygiène du pied, et aux agressions chimiques imposées au corps de façon quotidienne de part les pesticides dans l’alimentation, les engrais chimiques dans les prés, les vermifuges chimiques, les vaccins, antibiothérapies et autres traitements médicamenteux courants. Un cheval en mauvaise santé produit une corne de mauvaise qualité. N’est-ce pas la même chose pour nos chevaux et nos ongles?

 

La deuxième raison, c’est que nous considérons comme « fragiles » des pieds adaptés à leur environnement quotidien mais pas à des environnements difficiles sur lesquels on leur demande une performance ponctuelle. En termes simples, on considère anormal qu’un cheval qui vit dans un pré herbeux ou sur la paille d’un box ne puisse pas trotter sur les cailloux une fois de temps en temps lorsqu’il prend l’envie à son cavalier de le monter en extérieur. Etes-vous capable de marcher pieds nus chez vous, sur le sol de votre maison ou appartement? Et dans l’herbe d’un parc ou de votre jardin? Je pense que oui. Et pour autant, pourriez-vous demain marcher pieds nus une heure sur un sentier de montagne, d’un bon pas et sans souffrir? Et poutant, n’existe-t-il pas des gens qui marchent pieds nus chaque jour, et ce même dans notre société?

Il en est de même pour le cheval. Ses pieds s’adaptent au milieu dans lequel il vit. Tout simplement parce que dans la nature il n’a personne pour les parer. Il doivent donc être très durs s’il vit dans un milieu difficile et rocailleux, et à l’inverse ils doivent être suffisamment friables et cassants pour se parer seuls même dans des milieux peu abrasifs. Par conséquent, un cheval ne peut pas avoir des pieds forts si le milieu dans lequel il vit ne lui permet pas de les fortifier.

 

Donc, la réponse à la question  » n’importe quel cheval peut-il vivre pieds nus ?  » est : oui! Et « peut-on tout faire avec un cheval pieds nus ? » : non, on ne peut pas lui demander ce à quoi il n’est pas adapté. On peut tout faire avec un cheval pieds nus une fois sa transition terminée, à conditions que ses pieds soient bien parés, qu’il soit en bonne santé, qu’il y soit bien préparé, et que cela n’excède pas ses capacités physiques naturelles.

 

En effet, le port du fer entraîne un mauvais fonctionnement du pied qui ne permet un bon développement de ses structures internes. Aussi, suite au déferrage, il faut laisser le temps aux pieds de guérir, de développer de nouvelles structures internes saines et fonctionnelles. Cela prend du temps. Comptez environ un an, soit le temps pour une repousse complète du sabot, pour que l’aspect extérieur du pied s’améliore. Et jusqu’à trois ans pour que ses structures internes soient réellement reformées du mieux qu’elles peuvent l’être.

 

Puisque votre cheval ne pourra probablement jamais marcher 30 km par jour à son rythme et sur tous types de terrains, l’abrasion de sa corne sera bien évidemment insuffisante et il sera nécessaire de le parer. Pour que cela se passe bien, il vous faudra trouver un bon pareur, qui soit à même d’aider les pieds de votre cheval à retrouver la forme qui leur sont le mieux adaptée, en fonction de leurs structures internes et des résultantes de tensions ligamentaires et musculaires dans les articulations basses du membre. Cette personne devra intervenir toutes les 4 à 6 semaines maximum pour être en mesure de préserver au mieux les pieds de votre cheval. Et ce tout au long de sa vie.

 

Chevaux tous pieds nus cheval tout discipline trec endurance dressage obstacle parage tous les mois pareuse 74 01 annemasse annecy la roche sur foron reigner gex

 

Si vous souhaitez sortir sur des chemins durs et rocailleux avec votre cheval, il faudra l’y préparer. C’est à dire que vous ne pourrez pas le sortir en balade une fois par semaine sur de tels terrains alors qu’il vit en box ou dans un pré souple. Pour adapter ses pieds aux terrains durs, il faudra aménager sur ses trajets quotidiens des passages obligés sur de tels terrains ou bien l’y mener plusieurs fois par semaine et de façon progressive. D’abord en main, au pas et sur de courtes sorties que vous rallongerez de plus en plus. Puis un jour monté, toujours au pas. Et en attendant il faudra laisser votre cheval choisir son chemin, comme il le ferait dans la nature. Et les jours où vous ne souhaiterez pas écouter votre cheval, il faudra protéger ses pieds le temps de la balade, par des hipposandales par exemple. Par contre, en hiver vous aurez l’avantage de monter un cheval qui glissera bien moins sur ses pieds nus!

 

Pour ce qui est de monter en carrière, il n’y aura pas de problème. Pour le dressage comme pour l’obstacle. Votre cheval aura les pieds plus légers, plus sûrs et sa large fourchette permettra un très bon amorti. Par contre, vous serez limité dans certaines disciplines et surtout à certains niveaux. Par exemple, courir 120 km sur tous types de terrains à une allure plus rapide que le pas et dans le temps le plus court possible, cela excède les capacités naturelles du cheval. Et pour cela il faudra protéger le pied. Cela peut se faire avec des semelles collées le temps de la course.

 

Alors la question qui se pose n’est pas de savoir si votre cheval peut vivre pieds nus quels que soient sa race, son âge et ses aplombs. Parce que la réponse est oui. Tout simplement parce que c’est un cheval. La vraie question est la suivante : êtes-vous prêt(e) à écouter ce que votre cheval vous dira si vous le déferrez ou le laissez pieds-nus? Parce qu’il vous parlera de sa santé, physique, émotionnelle et psychique. Et il vous parlera de ses besoins. Vous ne pourrez pas fermer les yeux, refuser de voir, d’entendre ou de ressentir ce qu’il a à exprimer. Vous devrez accepter de chercher ce qui ne va pas, de modifier ce qui doit l’être, et de faire en fonction des besoins de votre cheval et non de vos envies.

 

Ce chemin vous mènera vers une recherche plus large, une recherche de cohérence et de partage, dans le respect de l’être que vous avez choisi pour compagnon de vie. Vous chercherez à le nourrir au mieux, à lui offrir une vie plus respectueuse de ses besoins, vous découvrirez comment ne plus polluer son corps par des produits chimiques, vous apprendrez  à aller à son rythme, dans le travail comme en balade, et vous comprendrez que la qualité des aplombs comme de la corne sont la résultante d’un équilibre global vers lequel vous souhaiterez alors tendre. Ce sera une belle aventure, et vous n’avez aucune d’idée d’où elle finira par vous mener.

 

Nous sommes déjà nombreux à avancer sur ce chemin, et je peux vous assurer que nous sommes tous heureux de l’avoir emprunté. Et nos chevaux aussi!

 

Laure Souquet
laure.souquet@wanadoo.fr
0033 (0)6 19 12 02 37

 

Étiquettes : , ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Sophie

    Ce qui me dérange, c’est que dans les conditions de vie naturelles, vous oubliez la sélection naturelle… Tous les chevaux peuvent vivre pieds nus ? Non, juste ceux qui auraient été épargné par la sélection naturelle. Ceux avec des pieds trop faibles auraient été mangés par les prédateurs, comme ceux avec d’autres problèmes de santé… Comme il n’y a plus de prédateurs, les chevaux avec des tares survivent et ne peuvent pas forcément rester pieds nus… Alors ok, une grande majorité peuvent etre pieds nus. Mais pas tous..

    • Vous oubliez une chose : les plus grands prédateurs des chevaux sont bien plus nombreux de nos jours qu’au temps des loups. Ce sont les êtres humains, qui les poussent à courir bien plus vite et bien plus souvent que les loups ou les ours ont pu le faire et les mènent à l’abattoir ou à l’euthanasie dès qu’ils ne peuvent plus les utiliser comme ils le souhaiteraient. Alors il nous reste un choix : ne pas être un prédateur pour notre cheval et respecter ses faiblesses s’il en a. Donc, le laisser choisir tranquillement son chemin, protéger ses pieds par de légères hipposandales lorsqu’on souhaite lui faire subir un effort qu’il ne peut pas assumer, et l’aimer pour ce qu’il est et non pour ce qu’il peut donner. 😉

  2. Je suis tt à fait d accord mes 4 loulous ont tjrs etaient pieds nus ils font de grandes rando et des rallyes et pas de soucis sauf une fois ou j avais essayé de les ferré pour un rallye difficile et là : abces suivi d une infection généralisée. …donc retrait immédiat des fers et plus jamais. …

  3. electraztar

    Je mettrai quand même des nuances sur le fait que tous les chevaux peuvent rester pieds nus.
    Les races qui ont été le moins sélectionnée et sont restés au plus proche de leur ancêtre sauvage ont quand même plus de facilité à rester pieds nus.
    Les sélections ont quand même « fragilisées » certaines races façonnées par l’homme.

    • Je ne pense pas qu’il existe vraiment de races moins sélectionnées, et il est vrai qu’ainsi nous avons fragilisé les chevaux.
      Là nous touchons aussi une question intéressante : le bien fondé de cette fameuse sélection…

  4. Caroline

    Vous comparez au cheval sauvage mais vous omettez de parler de la sélection naturelle des chevaux sauvage. Un mustang à les pied durs car ses parents ont les pieds durs. Les chevaux aux pieds (même un peu) fragiles, boitent et sont dès lors la proie des prédateurs ; il ne se reproduisent pas ou peu.
    La plupart de nos chevaux même habitué pieds nu ne survivraient pas.
    Selon votre théorie du naturel, il ne nous reste donc qu’à les manger.
    Bien à vous.

    • J’ai failli ajouter cela dans l’article, mais je préfère réserver un article complet au sujet.

      Juste une question : chez les humains,du moins dans nos sociétés, il me semble qu’il n’existe plus de sélection naturelle depuis bien longtemps. Pour autant, mangeons-nous ceux qui ont des faiblesses, des problèmes de santé??

      Si votre cheval a mal aux pieds, que vous pensez ses pieds « fragiles », vous pouvez aussi lui mettre des boots pour sortir, le laisser choisir son chemin, et respecter son droit à la vie et son individualité, tout simplement. Et comment saurez vous qu’il s’agit là d’une faiblesse congénitale et non du signe d’un problème de santé? Mettre un fer c’est aussi ne plus avoir à se poser la question.

      • Caroline

        Tout d’abord, merci pour la réponse sereine que vous apportez.

        A votre première question j’ai très envie de répondre : Et regardez où cela nous mène! Ou bien : Ne sommes nous pas en train de légaliser l’euthanasie? Mais il n’est pas question de cela ici. Je dirais juste que nous avons inventé les prothèses de hanches, de genoux,… et que nous ne nous en passons pas…

        Pour ce qui est des hypposcandales… aie là je suis contre. Elles ne sont pas sur mesure (contrairement à des VRAIS fers (sous-entendus : pas ceux qui vont directement de la boite au pied)), elles sont sources de frottements pour les plus hautes et de pression horizontale sur le sabot pour les plus basse (vous allez me parler de pression du fer, et je dirais qu’un fer sur tournure et bien placé (à chaud, est un minimum) ne doit exercer qu’une pression verticale et sur les parties les plus dures du pied). Et pour finir, pour continuer la comparaison avec l’homme, la femme dans ce cas, c’est un usage ponctuel, c’est donc comme moi quand je mets des talons et je ne souhaite pas cela à mon cheval. Alors peut-être que vous direz que vous avez la sensation (on ne peut avoir aucune certitude, c’est en ça que réside la beauté du cheval) que votre cheval est parfaitement stable sur ses shoes… J’ai également la sensation que le mien est très bien sur ses fers ^_^).
        Tout ceci étant dit, j’ai 4 chevaux et ils étaient seulement parés il y a encore quelques semaines. Ils sont en prairie toute la journée (et la nuit), ils ont donc tout le loisir d’aller où ils veulent à l’allure qu’ils veulent. Maintenant que je retravaille les deux plus jeunes, eux sont ferrés à l’avant, mes deux vieilles de 25 et 23 ans ne sont à la pension et se marrent de les voir travailler (une sensation toujours ;-))
        Ensuite, un mauvais ferrage est catastrophique pour le cheval d’où il ne doit pas s’agir d’un poste à économie, mieux vaux 50 euros en plus dans un ferrage qu’une collection de tapis de selle.
        Et pour finir, chacun fait comme il veut, parfois comme il peut, avec son cheval, personne n’a de compte à rendre (sauf les brutes, évidemment), le pire que nous leur faisons est de toute façon de leur monter sur le dos, ce n’est pas naturel (ils ne naissent pas avec un poids mort sur le dos, ^_^), on ne parlera pas des enrênemments et autres, ni de l’enfermement 23h sur 24 dans 10m carré. A coté de ça, le fer me parait un bien maigre problème.

        Je vous souhaite donc à tous des moments équins merveilleux, chaque cheval est unique et c’est pourquoi il n’y a aucune vérité avec ces êtres merveilleux, nous pensons les dresser mais c’est eux qui nous éduquent.
        Bien à vous.

        • Réponse à Caroline

          Euthanasie et prothèses : vous parlez d’humains qui font un choix conscient pour moins souffrir et je parle de chevaux qui n’ont absolument aucune possibilité de choix et sont protégés non pour mieux vivre dans leur prés mais pour être mieux utilisés. Je ne trouve donc pas la comparaison très pertinente.

          Hipposandales :
          Je conseille aux personnes qui le souhaitent les floating boots, qui sont entre autres réglages possibles thermoformables (en direct sur le pied) : difficile de faire plus adaptable. Je vous invite à vous renseigner à leur sujet.

          Pour ce qui est de ce que je pense des pieds d’un cheval et de son confort, cela ne repose pas sur des ressentis ni des impressions : je suis ostéopathe et orthopédiste, et pour savoir si un cheval est bien dans ses pieds j’examine leurs différentes structures ainsi que ses ligaments et tendons, ses articulations, sa posture, ses blocages vertébraux, ses tensions musculaires et autres.

          Ne vous sentez pas accusée de quoi que ce soit : je ne me permettrais jamais de vous juger pour quelque raison que ce soit, vos relation avec vos chevaux vous appartiennent, et vous n’avez en aucun cas à les justifier, et surtout pas devant moi!

          Je vous rappelle que cet article avait pour objectif de répondre simplement et rapidement à une cliente qui me demandais mon opinion, et non une vérité absolue (que personne ne détient de toute façon, et qui n’existe pas à mon sens).

          Je vous rejoins sur ce point : nos chevaux nous apprennent beaucoup!

          Bonne continuation à vous et aux vôtres! 🙂

    • Mc ferrant

      Les mustangs ont les pieds « durs », car ils vivent dans un environnement « dur ».
      Mettez les dans des boxes et leurs pieds se dégraderont.

      • Je suis bien d’accord : le pied s’adapte à l’environnement et peut être agressé par un environnement inadapté, notamment pollué par l’ammoniaque par exemple. De même que la qualité du pied dépend aussi de l’activité du cheval et de son état général.

  5. Pour moi la question ne se pose pas : mes poneys sont et resteront pieds nus quoiqu’il arrive !!!
    Surtout depuis que j’ai lu le livre de Pierre Enoff qui a confirmé mes choix idéologiques d’une part mais surtout, qui a fait sauté les quelques doutes qui subsistaient encore.

    Je suis sûre de mon choix, cependant, j’ai 1 certaine appréhension pour le jour où, il faudra que je reprenne le chemin d’un centre équestre.
    J’ai peur d’avoir à me justifier face à des personnes qui continueront de penser que le fer est la bonne solution et cela m’agace par avance

    • C’est là une autre question : être capable d’assumer ses choix et de laisser glisser les commentaires. Car au final, nous sommes les gardiens de nos animaux, et les choix que nous faisons ne regardent qu’eux et nous.

  6. Coralie

    J’étais du même avis que vous il y a encore un an et demi. Aujourd’hui, je suis plus nuancée. Désolée pour le pavé mais il me semble que notre expérience mérite d’être partagée.

    Mon cheval était pieds nus depuis plusieurs années, et malgré des débuts très difficiles après déferrage (pieds vraiment plats, fourchettes avec pourriture profonde…), nous avions réussit à trouver un équilibre, en mettant des boots en extérieur si nécessaire, avec un travail sur tout terrain, peu d’exigences de ma part (voir pas du tout, je ne l’ai pas monté pendant des mois, privilégiant sa santé et me satisfaisant d’être à son contact à le chouchouter et à faire une sorte de rééducation).

    Il a été suivit par d’excellents professionnels, et je faisais moi même l’entretien toutes les semaines ou tous les quinze jours si nécessaire.
    Je me suis vraiment investi car j’étais convaincu du bien fondé de le mettre pieds nus. Et puis après un déménagement, retour dans une région très rocailleuse, il a comme « perdue sa sole ».

    Je ne me suis pas trop inquiétée, pensant à une grosse mue, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il souffrait le martyre même au pré, même dans la carrière, même sur le goudron, même sur le sole lisse d’une dalle en béton. Même avec les boots. A la force de mon pouce, je pouvais plier sa sole… j’ai attendu, donné des compléments, arrêté tout travail monté. Il a vu l’ostéopathe (comme régulièrement depuis que je l’ai) qui l’a trouvé dans un état pitoyable. Il a perdu du poids et est devenu agressif même avec moi et avec ses copains de pré. Il n’avait d’ailleurs plus envie d’aller au pré et attendait à la porte.
    Et bien oui, j’ai finis par referrer. Le coeur gros, en cauchemardant toutes les nuits, j’ai laissé un « barbare lui planter des clous dans la corne ». Je me voyais comme maltraitante…

    En une semaine il a été mieux, a reprit gout à la vie. En deux mois il avait repris un dos et des allures que je ne lui connaissais plus depuis des années, même quand moi je le trouvais à l’aise pieds nus. J’ai réappris à monter à cheval, je n’avais plus l’assiette suffisante pour tenir au trot assis sur un cheval avec tant de rebond, puisqu’il s’était éteint des années avant…
    Il a vu plusieurs fois l’ostéopathe de façon rapprochée pour vraiment le remettre d’aplomb. Il a perdu dix ans, vraiment. Je me suis souvenu de lui jeune cheval.

    Aujourd’hui je n’envisage pas de déferrer, et ce qui m’a le plus choqué dans tout ça, c’est qu’il est plus à l’aise avec sa ferraille qu’il ne l’a jamais été pieds nus ou avec chaussures alors que moi, à ce moment là, je le trouvais au top…

    Vous posez la question « tous les chevaux peuvent-ils être pieds nus ? » et vous répondez « oui, si ça ne va pas c’est la faute de l’humain ».

    J’ai envie de dire « posez la question aux chevaux, et surtout, ne restez jamais sur vos positions sans en démordre ». Il y a des exceptions, il faut rester humble et savoir se remettre en question, accepter que tout n’est pas blanc ou noir.

    Je reste convaincu que pieds nus, c’est mieux. Mon prochain cheval, j’espère le connaitre dans le ventre de sa mère, et puis poulain, pour lui donner tout ce que je peux pour qu’il ait des supers pieds nus et puissent le rester à vie.

    Mais voila, à un moment dans ma vie de propriétaire soucieuse et un minimum éclairée (j’essai en tout cas), j’ai du revoir ma copie et admettre que j’avais eu tord. Ce cheval est resté 6 ans pieds nus. La transition était faite. Il allait « bien »… et pourtant…

    Cela fait maintenant un an qu’il est referré. Oui c’est sans doute un cache misère. Mais mon cheval joue, court, hennis à mon arrivée, fait des bisous, se couvre de boue des oreilles à la queue, adore les courses de trot en balade, et je ne tiens toujours pas sur son dos au trot assis s’il a décidé de faire le foufou. Mon cheval (re)vit !

    • Merci pour ce partage.

      Un cheval qui perd soudain sa sole et se retrouve avec une sole si fine qu’elle se plie au doigt c’est pour moi le signe d’un problème grave à ne pas négliger. Vous avez trouvé votre solution pour le soulager, pour autant la cause du problème n’a pas disparu.
      Qu’elles étaient pour vous les implications émotionnelles de ce déménagement?

      Si vous lisez bien, il est écrit que « tous les chevaux peuvent vivre pieds nus mais pas être utilisés n’importe comment pieds nus. » Je vous serais reconnaissante de ne pas déformer mes propos 😉 Je n’accuse JAMAIS personne, de quoi que ce soit, et ne juge JAMAIS personne, pour quoi que ce soit. Si vous vous sentez visée, c’est votre choix, et nullement mon intention.

      Pour ce qui est de l’humilité, on pourrait remplir un océan avec tout ce que j’ignore et je crois que je le dis assez souvent. Ceux qui me connaissent le savent. Je vais le répéter encore : ces mots sont le fruit de mon cheminement et de mes recherches personnelles pour une meilleure santé et un meilleur bien être des chevaux. Elle n’engage que moi.
      Ma recherche est globale, elle tient compte des plans physique mais aussi énergétique, émotionnel et psychique. Le symptôme ne m’intéresse que dans la mesure où il signale un problème et me permet de trouver la cause de son apparition. C’est ce que je ferais s’il m’était donné de connaître votre cheval. Rien n’arrive par hasard.

      Né chez vous ou ailleurs, dans une bonne ou une mauvaise place, un cheval exprimera des problèmes de la même façon.

      Je vous souhaite de trouver la cause du problème qu’exprime votre cheval. Pour lui, et pour vous.

  7. Gaëtan

    Je ne suis pas en desaccord avec votre texte, sauf bien bien sur pour la comparaison chevaux sauvages et chevaux domestique, ou la selection naturelle entre en cause ce que nous avons modifier avec les diverses selection de race et specialisation du cheval. Ce qui me derange un peu c est la comparaison du pied humain vs le pied du cheval nous marchons debout et non sur nos quatres membres et nous nous deplacons pas sur l ongle de d un de nos orteils. Faudrait arreter de faire de l antropomorphisme en comparant l humain et l animal. Merci.

    • Comparer deux systèmes physiologiques ce n’est pas faire de l’anthropomorphisme.
      Se tenir debout cela signifie se tenir sur ses pieds. Les chevaux en ont 4 et nous 2, n’est-ce pas? Donc eux sur 4 pieds comme nous sur deux sommes debout les uns comme les autres.
      Un pied humain qui marche nu sur tous types de terrain va développer sur la peau de sa plante, partie en contact avec le sol, un cal protecteur épais qui le rendra moins sensible. Vrai? Un pied de cheval qui marche nu va voir sa sole et sa fourchette, parties en contact avec le sol, s’épaissir, ce qui le rendra moins sensible. Toujours vrai? C’est donc une analogie compréhensible, ne trouvez-vous pas?

      L’anthropomorphisme, c’est par exemple attribuer au cheval des sentiments ou des réactions comportementales propres aux humains. Vous ne lirez jamais rien s’approchant de cela sur ce site. 😉

  8. Guillaume

    bonjour,

    Étant moi même maréchal ferrant depuis plus d’une dizaine d’années et travaillant sur tout types de chevaux, votre article est très intéressant.
    Je tien juste à ajouter quelque point essentielle en sachant que je travail principalement dans le respect du cheval et que j’adapte mai intervention à chaque cheval en fonction de leur morphologie, le lieu et le travail qu’il pratique…

    – dans la nature: les pied que vous voyez au cotidien que se soit Ferrer ou parer ne resemble pas du tout à se que vous pouvez penser et pour la plus par des chevaux sauvages il on des gros problème articulère, tendineux et souvent des pied des très mauvaise qualités…. Et même si il on l’habitude de faire des dizaine de kilomètre dans une journée il son seul et non pas une personne sur le do.

    – le parrage est une très bonne chose t’en qu’il est fait par des personnes ayant les connaissances nécessaire à pratiquer des soins qui soit adapter et en accord avec la morphologie du cheval ainsi que du membre.

    – la ferrure est une bonne chose si elle est pratiquer avec parcimonie et utile au travail que le cheval effectue. Ses aussi une aide au soin de reconstruction quand elle n’est pas pousser a l’extrême dans de la technicités matériel.

    – l’alimentation a une très grande importance, un cheval mal nourrie est un cheval en mauvaise santé, la gestion de l’environnement est très importante mai il ne faut pas oubliez que aujourd’hui l’environnement naturel n’est plus naturel… Tout se qui nous entour est polué et touts se que nos amies ingérs est toxique…
    En partent de se principe l’éducation ne commence pas par éduquer le cheval mai plutôt à éduquer sont compagnon humain qui de ne jour n’est pas capable de travailler dans le bon sens de leur organisme.

    – pour éviter des pieds de mauvaise qualités prenez soin de vos amies. Ne rejeter pas la faute sur une corporation qui est plus vielle que vos encettre, le parrage comme le ferrage sont nécessaire si cela est bien fait mai avant tous se seras efficaces que si vous faite les bons soin pour améliorer la qualité de vie de vos amies. Nous sommes là seulement pour vous aider dans cette voies, vous guidez vers une agréabiliter de confort pour les pieds de vos amies.

    – se n’est pas être irrespectueux que de vouloir le bien être de votre amie.

    Tout sa pour dire, chaque cheval est différent et a besoin d’une attention particulière, ne soyez pas fermer dans une fasson de faire ou de voir les chose, rien n’est figer tout est modifiable il suffit juste de savoir s’ouvrire a tout les points de vue car un avis aujourd’hui seras différant dans 15ans.

    Soigner vos chevaux avec amour. Trouver de bon soigneur pour eux et votre cheval seras heureux.

    Amicalement

  9. Guillaume

    Bonjour

    – Dans la nature, les pieds que vous voyez au quotidien, qu’ils soient Ferrés ou Parés, ne ressemblent pas du tout à ce que vous pouvez penser et la plus part des chevaux sauvages ont de gros problèmes articulaires, tendineux et ont souvent des pieds de très mauvaise qualité…. Même s’ils ont l’habitude de faire des dizaines de kilomètres dans une journée, ils n’ont personne sur le dos.

    – Le parage est une très bonne chose t’en qu’il est fait par des personnes ayant les connaissances nécessaire pour pratiquer des soins adaptés et en accord avec la morphologie du cheval ainsi que du membre.

    – La ferrure est une très bonne chose si elle est pratiquée avec parcimonie et utile au travail que le cheval effectue. C’est aussi une aide aux soins de reconstruction quand elle n’est pas poussée à l’extrême dans de la technicité matériel.

    – L’alimentation a une très Grande importance. Un cheval mal nourri est un cheval en mauvaise santé, la gestion de l’environnement est très importante mais il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui l’environnement naturel n’est plus naturel… Tout ce qui nous entoure est pollué et tout ce que nos amis ingèrent est toxique…
    En partant de ce principe l’éducation ne commence pas par éduquer le cheval mais plutôt par éduquer son compagnon humain qui, de ne jour, n’est pas capable de travailler dans le bon sens de leur organisme.

    – Pour éviter des pieds de mauvaise qualité, prenez soin de vos amis. Ne rejetez pas la faute sur une corporation qui est plus vieille que vos ancêtres, le parage comme la ferrure sont nécessaire si cela est bien fait mais avant tout sera efficace seulement si vous faites les bons soins pour améliorer la qualité de vie de vos amis. Nous sommes là seulement pour vous aider dans cette voie, vous guider vers le confort des pieds de vos chevaux.

    – Ce n’est pas être irrespectueux que de vouloir le bien être de votre amis.

    Tout cela pour dire que chaque cheval est différent et a besoin d’une attention particulière, ne soyez pas fermé dans une façon de faire ou de voir les choses, rien n’est figé, tout est modifiable, il suffit juste de savoir s’ouvrir à tous les points de vues car un avis aujourd’hui sera différent dans 15 ans.

    Soignez vos chevaux avec Amour. Trouvez de bon soigneurs et votre cheval sera heureux.

    Amicalement

    • Réponse à Guillaume

      Bonjour,

      Merci!

      Je ne comprends pas votre phrase : « les pieds que vous voyez tous les jours ne ressemblent pas du tout à ce que vous pensez. » Les pieds que je vois tous les jours je les connais plutôt bien après une formation de deux ans en orthopédie équine sur pieds nus et quelques années de pratique. 😉

      Je pense faire partie de ces gens ayant les connaissances nécessaires dont vous parliez. Et je ne pense pas avoir dit ou laisser penser que n’importe qui pouvait parer un cheval. Comme vous ne pensez sûrement pas non plus que n’importe qui peut ferrer un cheval, et encore moins le faire bien. La nécessité de faire appel à des professionnels compétents est une évidence, quel que soit le sujet.

      Bon, pour la ferrure on ne sera pas d’accord de toute façon, mais chaque personne a le droit d’avoir son avis personnel et il dépend des objectifs de chacun.

      Pour ce qui est de l’alimentation et de la qualité vie des chevaux, c’est évoqué dans l’article et très largement détaillé dans tout le site! Sur ce point nous sommes d’accord.

      Avez-vous lu quelque part une accusation? Je ne rejette aucune faute sur qui que ce soit, tout simplement parce que je ne parle pas de faute et je ne cherche pas de coupable. 🙂

      Je présente simplement ma philosophie, le fruit de mon cheminement actuel à la recherche de solutions pour améliorer toujours davantage le bien être des chevaux et leur santé. Soigner les chevaux avec amour, c’est mon travail et ma passion. Je suis largement ouverte à toutes sortes de choses. Simplement, je ne suis pas convaincue par les arguments en faveur du fer, alors que le pied nu, sujet que j’ai largement étudié et sur lequel je continue d’apprendre chaque jour, me parle.
      C’est donc ce que je partage aujourd’hui. 🙂

      Amicalement,

      Laure Souquet

  10. Mélanie

    Bonjour,
    Merci pour ce bel article.
    Il y a quelques années je ne jurais que par fers, éperons, et cravache, je sortais en compétition de complet. Puis j’ai rencontré deux soeurs qui venaient d’ouvrir un centre équestre à orientation éthologique et qui peu à peu, sans jamais perdre patience, on réussit à ouvrir mon esprit. Aujourd’hui ma jument évolue en licol et pieds nus en toutes circonstances (rando, saut d’obstacle, dressage).
    Les débuts furent laborieux, les sorties en extérieur sans fers furent difficiles, alors j’ai procédé par étapes. Même si suivant le terrain c’est toujours un peu difficile j’ai redécouvert ma jument tant sur le plan physique que psychique. Elle a développé des allures magnifiques, et elle est redevenue très calme face au travail.
    Les chevaux ont tant à nous apprendre il nous suffit de prêter une oreille attentive.
    Mélanie.

    • C’est extra, vous avez su écouter un avis différent du vôtre et faire confiance à ces deux personnes malgré les difficultés du chemin qu’elles vous proposaient! Et en récompense, vous voyez votre jument s’épanouir!
      En tous cas, vous avez su l’avoir, cette oreille attentive. 🙂

  11. Justine

    Bonjour Laure,

    Votre texte est très intéressant et reflète bien ce que je penses… !
    J’ai une jument Irish cob, qui est arrivé chez moi ferrée des 4 pieds, je l’ai faite passé pieds nus, elle à les pieds plats de nature et un peu évasé.
    Aucun soucis et je pratique uniquement l’extérieur à toute saison (un peu moins quand il fait chaud l’été… par respect pour elle qui supporte mal la chaleur)…
    En respectant où elle souhaite marcher et en étant assez intelligent pour ne pas la lancer plein galop dans des chemins avec des cailloux gros comme des balles de golf, je peux me permettre de dire que ma jument est une passe partout.

    Le parage est fait selon sa morphologie, c’est à dire que même si je sais que certains ont une « envie folle » de récupérer tous les « défauts » d’un pied (donc l’évasement par exemple dans mon cas) et bien chez nous c’est pas le cas c’est à dire que son pied même après parage reste « naturellement » un peu évasé car c’est son pied « naturel ».

    J’ai eu une fois un parage fait par un autre pro qui à voulu tout « récupérer », je me suis retrouvé avec une irish cob qui avait des pieds ronds et petits de shetland… elle à boité un mois … rien qu’au pré …
    Je souligne ça car dans les parages naturels je vois bcp trop de gens qui veulent des pieds « standardisés » et donc je me permets de souligner ce point, ma jument on lui garde « ses dits défauts » car d’un coté c’est ce qui lui donne la force au pied.

    Je ne dis pas que ce que je dis est valable pour tous mais pour nous c’est le cas, ensuite il est primordiale tout de même d’avoir un pied équilibré.

    Tous le monde devrait s’adapter à sa monture, c’est comme ceux qui infiltrent des chevaux avec éparvin par prétexte de continuer le dressage … c’est un exemple parmis tant d’autres et il serait pourtant bien plus naturel de dire « on laisse le cheval tranquille » ou on le « réforme à la balade » 🙂

    Merci de cet article fort intéressant que je vais partager , en espérant que les mentalités évoluent !

    • kallia

      dommage que les approches « pieds nus » que je lis ici et là soient souvent sectaires, malgré le fait que vous vous en défendiez vigoureusement …
      je suis propriétaire d’un double poney haflo-arabe qui a fait 2 fourbures aigües (manque de travail et herbe trop riche), depuis , il ne peut supporter de marcher pieds nus, le moindre caillou lui fait mal, alors qu’au curage, parage, pas de douleur de la sole.
      Il a toujours été ferré (déferré pendant l’épisode fourbure) sauf l’hiver (repos du pied car peu d’utilisation du cheval, sans compter la galère du pied ferré dans la neige/glace).
      Il a maintenant 22 ans, je ne le ferre plus qu’aux antérieurs, pour 1 sortie/semaine sur terrains caillouteux et routes, le restant de la semaine il vit au pré avec stabulation libre. Sans fer je ne pourrai sortir en balade avec lui c’est clair.
      Il est heureux et super en forme pour son âge, je lui administre régulièrement des cures de graines de lin et de compléments vitaminés en hiver, il est vermifugé chimiquement et tout va bien pour lui.
      Je lui fais aussi des cures régulières de produits draineurs hépatiques au printemps.
      Tout ça pour raconter mon expérience avec mon cheval,dans une région caillouteuse (Savoie), je ne connais aucun cavalier d’extérieur (régulier)chez moi ayant adopté la méthode pieds nus. Par contre, d’autres en club, oui (mais du box à la carrière, le fer ne sert à rien on est d’accord, sauf problème orthopédique).
      L’hippo-sandale hors utilisation de courte durée, ne me parait pas intéressante à utiliser sur des journées complètes de rando (frottements, chaleurs, bref rien de très naturel pour un pied nu).
      merci de m’avoir lue.

      • Je vous remercie de me qualifier d’esprit étroit et intolérant!

        Je ne sais pas ce que vous avez pu lire pour penser cela. Je soigne de nombreux chevaux ferrés et je ne crois pas qu’un seul de mes clients se soit déjà senti jugé parce que son cheval était ferré.
        Dans cet article, je dis que n’importe quel cheval peut vivre pieds nus mais pas faire n’importe quoi pieds nus. Votre cheval peut vivre pieds nus dans son pré. Mais comme vous le dites s’il était pieds nus vous ne pourriez pas partir en balade avec lui. C’est une parfaite illustration de ce que j’explique. Les fers de votre cheval vous permettent d’aller au-delà de ce que sa nature et son état de santé lui permettraient. C’est votre choix de le ferrer pour cela, et vous en avez parfaitement le droit.

        De mon côté, je connais plusieurs cavalières qui montent leurs chevaux pieds nus pour des courses d’endurance, jusqu’à 80km. Et dans les montagnes du Jura.

        Comme je l’écris dans tous mes articles, chacun fait ses choix en fonction de sa sensibilité, de son expérience, et de ses motivations et aspirations. Et personne n’a à juger cela. Ne vous sentez donc pas obligée de vous justifier, c’est parfaitement inutile! 😉

        Je vous remercie pour cet exemple très intéressant!

  12. Pingback: Digestion, pieds forts et beau poil | Équinessentiel

  13. bonjour, je suis une convaincu des pieds nu je viens de faire naître un poulain de cso voué à une carrière de haut niveau, pensez vous qu’il puisse sauter des hauteur de 150 pieds nu si il la toujours été !!!! avec un bon suivi bien sure et sachant que chez moi il vit en extérieur H 24 sur pâture de 1 hectare

    • Bonjour,
      Bien sûr qu’un cheval peut sauter pieds nus, quelle que soit la hauteur. Tant qu’il est en bonne santé et suivi par un bon professionnel il n’y a pas de raisons pour qu’il ait mal aux pieds.

  14. SCHNELL

    Bonjour,
    Moi je vous dis bravo, un super article.
    J’ai une jument haflinger de 9 ans et elle a toujours été pieds nus et également sans mors. Elle a de magnifiques pieds, elle est parée par un podologue équin tout les 6 et 8 semaines avec un coup de râpe de temps en temps!
    Je vois que sur Fb ça discute dur, la remise en question est dur pour certains!!

    • Merci!
      En effet, c’est un sujet à controverse. Mais chacun reste seul juge de la façon dont il souhaite gérer son cheval! Et déjà les mentalités évoluent.

  15. Baratto

    Bonjour, ou puis je trouver des photos comparative entre une cheval ferrer depuis longue date et, ce même cheval déférer! Merci

    • Bonjour,
      Sur beaucoup de sites ou pages sur le parage. Vous y trouverez beaucoup de avant/après déferrage.

  16. Pingback: Liens de connaissance – Dame Gigi à Brocéliande

  17. Lepicard

    Mon cheval est pieds nus depuis mai 2016, et elle continue a etre sensible sur les gravillons. Elle est paree talons bas, par une podologue. Dois je considerer normal cette sensibilté a ce stade et est ce le parage trop bas qui pose probleme ? Elle est paree régulierement, merci par avance pour votre expertise… Fyi c’est un selle francais pieds noirs…
    Je la fais marcher sur du dur tous les jours pratiquement (goudron, terrain sec, etc) elle cherche naturellement les terrains plus souples, herbe….

    • Bonjour,

      Une sensibilité après un an de déferrage n’est pas normale, mais elle peut être due à de nombreuses causes différentes.
      – Un parage trop court peut en être la cause, mais il m’est impossible de vous donner un avis sans voir votre cheval.
      – Les pieds d’un cheval s’adaptent à son milieu de vie. Aussi, s’il vit au pré sur un terrain souple et ne sort sur un terrain dur qu’une fois de temps en temps, il reste sensible sur terrain dur.
      – La qualité des pieds dépendent également de la santé du cheval. Des pieds sensibles peuvent donc refléter un mauvais état de la flore intestinale, un déséquilibre hormonal, une carence, etc.

      Je vous conseille d’explorer toutes ces pistes!

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!