L’intégration

par Équinessentiel dans Phoebus | 4 commentaires

La première étape à l’arrivée de notre petit nouveau, ça a été l’intégration. Et pour nous, intégrer un nouveau cheval, ça se fait en douceur. En effet, dans des surfaces réduites un accident est vite arrivé si tout n’est pas bien géré. Allez, je vous raconte!

 

Phoebus est arrivé un jeudi midi. Le pauvre, il débarquait du Sud où il faisait 19° et il est sorti du camion dans la boue gelée, sous un brouillard à couper au couteau! J’ai pris la longe avec quelque émotion, et je l’ai mené jusqu’au parc. Ses premiers pas étaient un peu hésitants. 

 

Le matin, avant son arrivée, nous avions préparé le pré, qui fait environ deux hectares. Il était déjà coupé en deux, une partie pour Zéphyr et Kiano, l’autre pour Valoroso. Notre objectif était qu’il noue amitié avec Valoroso puisqu’ils formeront par la suite une paire dans les transports et au travail. Il fallait donc qu’il fasse connaissance avec lui en premier lieu. Pour que tout se passe dans le calme, nous avions aménagé dans la partie de Valoroso un petit parc avec une double clôture, en haut du pré sur une zone à peu près plate. Il pouvait dire bonjour à tout le monde, mais seuls leurs nez pouvaient se toucher. Cela permet d’éviter les montées en pression lors des premiers contacts et leur laisse le temps de s’habituer les uns aux autres avant la véritable rencontre. 

 

J’ai donc mené Phoebus jusqu’à son parc. Son premier geste lorsque je l’ai lâché a été de plonger le nez dans l’herbe et de manger! Après 6h de transport, on peut le comprendre. Cette activité lui a aussi permis de relâcher son stress. Les trois autres étaient très intéressés mais le beau ne s’est pas approché bien longtemps des clôtures. Le temps d’échanger quelques souffles avec les autres et il mangeait de nouveau. Toute l’après midi s’est déroulée ainsi, assez calmement. Seul Zéphyr mourrait d’impatience que nous ouvrions les fils! En matière de rencontres, la patience n’est pas son fort. 

 

Intégration-nouveau-cheval-troupeau-entiers-étalons-rencontre-intégrer-précautions

 

Vendredi, le lendemain, j’ai retiré la clôture extérieure du côté de Valo et utilisé le matériel pour prolonger cette double clôture tout le long de celle séparant Valoroso des deux autres. Tout était prêt pour la première vraie rencontre de Valoroso et Phoebus. Comme les rapports au-dessus du fil étaient amicaux et sereins, nous avons convenu de les laisser se rejoindre. 

 

J’ai donc ouvert le parc de Phoebus. Il est sorti tranquillement et est descendu au pas vers son nouveau compagnon. Le premier contact a été très doux, puis Valoroso a commencé à embêter un peu Phoebus. C’était parti pour quelques tours au galop à travers le parc, à la grande frustration de Zéphyr qui aurait bien participé, et à la plus grande indifférence de Kiano qui ne se sentait pas le moins du monde concerné. Jeux d’étalons donc, beaux cabrés, belles ruades, quelques morsures et des passages à tomber! Ces échanges sont toujours incroyablement beaux à regarder : les chevaux se tiennent, montent leur dos, piaffent, passagent et cabrent avec puissance. Ils se musclent seuls de la meilleure façon. 

Au bout de quelques minutes, la pression est retombée et chacun est reparti brouter. 

 

Intégration-nouveau-cheval-troupeau-entiers-étalons-rencontre-intégrer-précautions-2

 

Nous les avons laissés tous les deux tout le weekend, le temps qu’ils s’habituent l’un à l’autre et qu’une amitié commence à se nouer. De suite, Phoebus a commencé à venir chercher la présence de Valoroso dès que quelque chose l’inquiétait. Lundi, les rapports étaient sereins. Les soir, nous avons donc décidé de retirer la deuxième clôture qui les séparait des deux autres. Zéphyr n’en pouvait plus d’attendre!! Pour un cheval aussi sociable que lui, difficile de voir un nouveau avec son copain sans pouvoir y mettre son grain de sel. 

 

Mardi, tout était toujours aussi calme. Nous avons donc ouvert la clôture. Le premier à rejoindre les autres, vous l’aurez deviné, ça a été Zéphyr. Il est parti au trot vers Valoroso d’abord, pour les retrouvailles habituelles. Phoebus se tenait prudemment un peu à l’écart, comme s’il attendait son tour. Après quelques minutes, Zéphyr est venu le voir et a déroulé son petit rituel d’accueil. Contrairement aux autres, il lève rarement l’antérieur. Il préfère se frotter contre l’autre puis tenter de lui grimper sur le dos. Bien sûr, cela a entraîné de nouvelles galopades dont les deux autres ne se sont pas mêlés du tout. Pendant ce temps, Kiano continuait de brouter. Il ne s’est avancé que lorsque les trois autres ont été calmes. Et là, même chose, il est d’abord allé retrouver Valoroso, ignorant cordialement le petit jeune fraîchement débarqué. Entre eux, c’est toujours un peu plus impressionnant : il font de hautes jambettes, crient fort et font vraiment les beaux. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont été longtemps séparés : ils ont du mal à revenir au calme et vont parfois un peu loin dans leurs jeux. Cette fois, ça n’a pas duré longtemps. Pour sa part, Kiano a à peine reniflé Phoebus. Celui-ci, très impressionné par ses démonstrations de force, se tenait toujours à une petite distance. C’est un cheval prudent, qui ne cherche surtout pas la confrontation. Vraiment l’idéal avec les fortes personnalités des trois autres. 

 

En moins d’une demie heure, c’était fait : les quatre étalons broutaient côtes à côtes, noyés dans le brouillard. L’atmosphère était calme, apaisée même. 

 

Une intégration en plusieurs temps, et réussie! Tous les quatre sont toujours aussi calmes, jamais loin les uns des autres, et nous n’avons relevé que quelques traces de morsures sans gravité et un ou deux hématomes légers. Rien d’inhabituel dans une intégration. Phoebus a donc déjà rempli le rôle qui lui était proposé : équilibrer le troupeau et permettre à nos trois de se retrouver sereinement. 

 

Intégration-nouveau-cheval-troupeau-entiers-étalons-rencontre-intégrer-précautions-5

 

Et oui, avant d’aller voir Phoebus, j’avais déjà une idée précise du type de cheval qu’il fallait pour mon troupeau. Je cherchais un cheval sociable, ni guetteur ni organisateur. Heureusement, il remplissait tous les critères! Je savais donc déjà que les choses se passeraient bien. Je n’aurais jamais pris le risque d’amener un cheval dont je n’aurais pas été sure. C’est tout l’intérêt de bien connaître les chevaux et de prendre son temps lors du premier contact. 

 

Maintenant que mon troupeau est réuni et Phoebus bien intégré, je vais lui laisser un peu de temps pour se remettre de toutes ses émotions avant de commencer un vrai travail. Je veux qu’il puisse se relâcher, s’habituer à son nouvel environnement et à son nouveau troupeau, ainsi qu’à nos visites quotidienne. Il ne sert à rien de brûler les étapes. On ne le répétera jamais assez, avec un cheval on gagne du temps à prendre son temps!

 

En attendant qu’il se pose, je commence tranquillement à établir avec lui les premières bases de notre communication en liberté. je vous raconte cela dans le prochain article. Pensez à vous abonner pour suivre toute cette aventure! 

 

Laure Souquet
laure.souquet@wanadoo.fr
0033 (0)6 19 12 02 37

 

Étiquettes : , , , ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Malika

    Bonjour,
    tout d’abord je tiens à vous remercier pour ce merveilleux site qui fourmilles de tant de conseils et d’expériences précieuses !

    Votre article sur l’intégration me rassure et me conforte ! Sur internet on trouve tout et son contraire, ce n’est pas toujours évident de faire le tri…

    Pour Noël mon chéri m’offre un espagnol de 9 mois.
    Mon premier cheval (Tiamo) est un hongre de 10 ans, quand nous avons déménagé, il a été introduit avec la jument de 5 ans (une trait) qui vivait là, Tiamo étant blessé à l’époque, ils ont cohabité 15 jours avec un fil entre eux, puis le « mélange » s’est bien passé, il a fallu 1 an pour que tout soit stable. Ils font tout ensemble, même manger le grain! Mon hongre et la jument le sont au point qu’il m’est impossible de savoir qui « domine » des deux !!!

    Le poulain arrivant bientôt, je me demande quoi faire.
    Les séparer au début c’est une évidence, mais ensuite… le mettre directement avec les deux autres ou d’abord l’un, puis l’autre?
    Bref, j’aimerais que le poulain ne se fasse pas trop malmener !
    Que feriez-vous?

    Encore merci pour votre partage de connaissances, je n’ai pas encore tout lu ! 😉

    Amicalement, Malika

    • Bonjour,

      Je pense que je commencerais par quelques jours avec le poulain d’un côté et les autres de l’autre puis, une fois que tout serait calme avec un seul fil au milieu, je mettrais le hongre avec le poulain, les laisserais faire connaissance et dès que tout serais calme j’intégrerais la jument. Par contre le poulain devra être castré sans tarder car dès l’âge d’un an il pourra reproduire, si ce n’est pas déjà le cas.
      Il n’y a pas de dominance entre chevaux, seulement un ordre de priorité lorsque les ressources sont limitées. Là c’est plutôt le sexe qui compte. Pour ma part, je pense que le hongre accueillera mieux le poulain s’il est sans « sa » jument pour les présentations. Soyez attentive quand vous ouvrirez à cette dernière, au cas où votre hongre voudrait empêcher le poulain de l’approcher. Et faites attention si le poulain semble intéressé sexuellement car s’il ne connait pas les règles de vie avec une jument, s’il est trop entreprenant, il prendra des coups.
      Avoir plusieurs juments avec un seul mâle, castré ou non, c’est facile. Par contre, une seule jument même pour deux hongres, ça peut être très compliqué. Ou pas, selon leur caractère. Mais c’est toujours un risque!

      • Malika

        Bonjour !

        Je vous remercie beaucoup pour votre réponse, Orion est arrivé malade, maigre comme tout et plein de vers… du coup il a d’abord passé une semaine dans un hangar de 12X12m avant de passer quelques heures par jour au pré.
        Il y a 4 jours, j’ai mis Orion dans son pré avec Bébé et Tiamo de l’autre côté d’un fil. Tiamo était impressionnant, je sais maintenant qui de lui ou Bébé mène la danse! Il a protégé sa juju, un vrai petit entier (lol)! Il a coursé Bébé et lui a interdit l’accès au fil et à Orion ! Il fonçait tête baissée vers le poulain pour l’éloigner de la clôture !
        Le lendemain tout était calme! Les jours qui ont suivis pareil, ils étaient proche les uns des autres de chaque côté de la clôture !
        Ce matin j’ai fait entrer mon hongre, il a à peine regardé Orion. Du coup j’ai fait entrer la jument, elle a galopé jusqu’à Tiamo et ils ont fini le foin du poulain !
        Il y a eu quelques galop depuis, mais Tiamo chasse autant la jument que le poulain et maintenant, juste 2h après, tout le monde broute ensemble et Bébé s’est même roulée entre eux !

        Pour la castration, pour le moment Orion n’a qu’une seule testicule de descendu, si la deuxième arrive avant que les mouches reviennent je le ferais castrer, sinon il me faudra attendre l’hiver prochain…

        Milles mercis pour vos conseils et votre site !
        Au plaisir de vous lire et vous relire, Malika.

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!