Le dos du cheval

par Équinessentiel dans Ostéopathie | 29 commentaires

Les maux de dos, dorsalgies ou lombalgies, sont des problèmes très fréquents chez les chevaux montés, quelle que soit la discipline qu’ils pratiquent. En réalité, peu de chevaux n’en souffrent pas. Cela se remarque à la palpation, lors du sanglage, ou encore au cours du travail, quand le cheval se défend chaque fois qu’on lui demande le galop par exemple. Malheureusement, comme vient de le démontrer une équipe de comportementalistes français, beaucoup de chevaux ont mal au dos sans que leurs propriétaires ne s’en aperçoivent!

 

Cette étude, menée par Clémence Lesimple de l’université de Rennes, a porté sur 161 chevaux dans 17 centres équestres français. Et oui, enfin une étude menée chez nous! Dans les centres équestres où vous ou vos enfants montez à cheval! Pourquoi est-elle menée par des comportementalistes? Parce que les douleurs dorsales mènent beaucoup de chevaux à se montrer agressifs. Ce qui est normal, car personnellement, si j’avais mal au dos et que quelqu’un souhaitait monter dessus, je ne pense pas que je le laisserais gentiment faire! Remarquez qu’en plus du bien être apporté aux chevaux, prendre en compte leurs problèmes de dos concourt à augmenter la sécurité de nos rapports et de ceux de nos enfants avec eux puisque leur agressivité vient de la douleur.

 

Donc, dans ces 17 centres équestres, les dirigeants estimaient le nombre de chevaux ayant mal au dos entre 4 et 22% selon les centres. Pour le vérifier, chaque cheval a subi un examen palpatoire et des électromyographies de surface, c’est à dire l’enregistrement de l’activité électrique des muscles de son dos grâce à des électrodes posées sur la peau en regard des muscles à étudier. Ces examens ont mis en évidence le fait que le nombre de chevaux ayant réellement mal au dos dans ces centres équestres était en fait compris entre 37 et 85% selon. Entre 37 et 85% selon le centre équestre!! Imaginez ce que cela représente!!

 

Et qu’en est-il de votre propre cheval ou de celui que vous montez? S’il avait mal au dos, sauriez-vous le reconnaître? Et sauriez-vous quoi faire pour le soulager? Savez-vous comment est construit le dos de votre cheval, comment il fonctionne et donc comment le protéger? Pour vous aider à répondre à ses questions, je vais vous expliquer pourquoi le dos de votre cheval est fragile et donc comment le protéger au mieux. Je pourrais écrire tout un livre sur ce vaste sujet, mais ne vous en faites pas, je vais me contenter de vous dire l’essentiel! Je vous propose également un peu plus bas un petit document à télécharger dans lequel vous trouverez quelques pistes pour déterminer si oui ou non votre cheval a mal au dos.

 

Le dos du cheval, un pont entre avant-main et arrière main

 

La récurrence des problèmes de dos peut s’expliquer facilement si l’on s’intéresse un peu à la constitution d’un cheval et à sa biomécanique. En effet, le dos du cheval est le lieu où se rencontrent toutes les tensions

 

D’abord de par sa construction. Regardez le dos de votre cheval. Que vous évoque sa construction? C’est un pont suspendu entre les membres, une structure fragile qui doit répondre à de grosses contraintes lorsqu’un cavalier y prend place!

 

Dos cheval pont ostéo ostéopathe chevaux équin animaux ostéopathie équine animale magnérisme haute savoie 74 rhône rhone alpes gex genève

 

Et à quoi sert un pont? A assurer une continuité, à créer un lien, une communication. Ici, entre les antérieurs et les postérieurs. Le dos est donc un trait d’union entre l’avant main et l’arrière main du cheval. Au niveau de l’avant main, la connexion s’effectue au travers de la ceinture scapulaire, c’est à dire des épaules et des nombreux muscles qui les rattachent à la colonne vertébrale. Au niveau de l’arrière main, ce sont les articulations sacro-iliaques qui rattachent les postérieurs à la colonne vertébrale. En clair, le bassin s’articule sur le sacrum. Cette jonction est bien sûr renforcée par de nombreuses liaisons musculaires. Cet ensemble est appelé ceinture pelvienne. Le dos joue donc le rôle de lien entre les postérieurs et les antérieurs du cheval au travers de puissantes liaisons musculaires.  Par conséquent, c’est par le dos que le mouvement est transmis des postérieurs aux antérieurs et vice versa. Une restriction de mouvement due à une douleur ou à une raideur musculaire dans l’un des membres modifie donc forcément la façon dont fonctionne le dos. Ce qui veut dire que toute gêne ou boiterie peut causer des blocages vertébraux et des contractures musculaires dans le dos. Avez-vous déjà boité, par exemple à cause d’une ampoule ou d’une entorse? Si oui vous avez surement pu ressentir des tensions musculaires dans votre dos suite à la modification de votre façon de marcher. Il en va de même pour le cheval. C’est une des raisons pour lesquelles il est très important d’agir dès les premiers signes de problème concernant les pieds et les membres.

 

Attachez une grande importance aux aplombs de votre cheval (article à venir!), et donc à ses pieds! Le moindre déséquilibre dans un pied a une influence énorme sur le reste du corps et notamment sur le dos. Essayez de mettre une cale sous un de vos pieds, vous comprendrez! D’ailleurs, toutes les femmes qui portent des talons doivent déjà avoir une idée des conséquences d’une modification de l’équilibre du pied sur le dos. A la différence près que les chevaux, eux, ne peuvent pas « retirer leurs chaussures » à la fin de leur journée. C’est donc à vous de vous assurer qu’ils se sentent « bien dans leurs baskets ». D’autant plus que si les pieds n’absorbent pas correctement les chocs lorsqu’ils se posent au sol, ces chocs se répercutent dans le dos. Cela aussi vous l’avez déjà expérimenté. C’est la raison pour laquelle vous ne portez pas de petites chaussures plates pour faire un footing, mais des chaussures de course avec une épaisse semelle qui absorbe bien les chocs. Savez-vous comment le pied du cheval joue ce rôle? Lorsque le pied se pose au sol, il s’élargit, transformant les forces verticales du choc en forces horizontales absorbées par le pied (cf schéma ci-dessous). La fourchette et les glômes, larges coussins de collagène à l’arrière du pied, peuvent alors accueillir tout le poids du cheval. Pour que ce système fonctionne correctement, il est important que le pied soit libre de s’ouvrir et que la fourchette et les glômes soient larges et bien développés. Si ce n’est pas le cas, l’onde de choc remonte à travers les membres jusque dans le dos du cheval. Imaginez ce que cela représente lors de la réception d’un obstacle! En résumé, le dos étant suspendu entre les membres, le moindre problème affectant l’un d’eux risque de provoquer des tensions et des douleurs dorsales.

 

Le pied du cheval : rôle d'amortisseur et de pome

 

Réception cheval

 

Le dos du cheval, une voie de communication nerveuse et énergétique

 

Comme tous les ponts, puisqu’il les relie, le dos sert aussi de voie de communication entre l’avant et l’arrière du cheval. Et qu’est-ce qui transite à travers le dos? Quel est l’élément principal qui compose le dos? Et bien la colonne vertébrale. Et qu’abrite-t-elle? La moelle épinière bien sûr. Le dos sert donc à la transmission d’informations nerveuses du cerveau au corps et vice versa. Au niveau de chaque vertèbre, sort un ensemble de nerfs qui échangent des informations à un ensemble de muscles, d’organes, de vaisseaux sanguins etc. Les informations envoyées et reçues par chaque ensemble influent sur celles envoyées et reçues par les autres ensembles. Par conséquent, une douleur à l’estomac peut être à l’origine d’un problème de dos et vice versa. Lien renforcé par le fait que tous ces viscères sont maintenus en place dans l’abdomen par de puissants ligaments qui se rattachent au dos. Une tension dans un de ces organes entraîne une tension des ligaments qui le maintiennent et ceux-ci tirent donc sur les vertèbres. Ce qui veut dire que votre cheval peut avoir mal au dos parce que son alimentation ne lui convient pas ou suite à une maladie respiratoire, ou encore à cause d’un problème génital. Vous avez surement déjà expérimenté ce dernier cas, qui se manifeste chez nous comme chez les chevaux par une douleur au niveau des lombaires, c’est à dire au bas du dos. A ce sujet, je vous invite à lire mon article sur les problèmes génitaux du cheval. Et si votre cheval est un hongre, je tiens à souligner un point important. Saviez-vous qu’une cicatrice de castration peut être la cause de douleurs constantes et de blocages récurrents des lombaires de votre cheval? Je détaillerai ceci dans un prochain article sur les cicatrices, mais il était important d’en parler. Tout ceci fait donc du dos un axe très fragile!

 

D’autant que le dos est également parcouru par plusieurs méridiens, canaux de circulation de l’énergie. Il est notamment traversé par le méridien vessie, un méridien très important en Médecine Traditionnelle Chinoise car sur son trajet se trouvent des points clefs correspondant à tous les organes, disposés de part et d’autre de la colonne vertébrale. Chaque organe en déséquilibre peut donc causer des douleurs au niveau du point qui le gouverne. Le dos est donc le lieu où se reflètent tous les problèmes du cheval, d’où qu’ils viennent. On peut le considérer comme le tableau de bord du cheval, sur lequel clignoteraient des voyants en cas de problème. Et c’est sur cet axe fragile que vous vous asseyez!!

 

 A ce propos, pensez également que lorsque vous vous posez sur le dos de votre cheval, vous êtes assis(e) sur ses muscles dorsaux. Votre poids coupe donc la circulation du sang  dans ces muscles, qui deviennent rapidement douloureux, de la même façon qu’une personne assise sur vos cuisses vous fait rapidement mal. Cette sensation désagréable apparaît au bout de vingt minutes sous la selle.

 

Dos cheval méridien vessie médecine chinoise acupuncture shiatsu chevaux ostéo ostéopathie énergétique magnétisme équin équine animaux animale haute savoie 74 rhône rhone alpes gex genève

 

Il y a donc une vraie fragilité du dos, d’autant plus importante que le dos est long, et qui n’est pas toujours suffisamment prise en compte lors du travail du cheval. Lorsque vous montez un cheval, il est donc primordial de garder en tête toutes ces raisons qui font du dos un point de faiblesse potentiel du cheval, et de tout faire pour le préserver.

 

Avant tout, assurez-vous que votre cheval est en bonne santé, a de bons pieds et n’a donc pas mal au dos avant de le monter. Je vous ai préparé un petit guide pour vous aider à repérer les signes de douleur au dos lorsque vous montez votre cheval. Cliquez pour le télécharger : Dos cheval diagnostique  Cochez oui ou non à chaque ligne, et faites le compte à la fin! Vous avez coché deux cases? Votre cheval a très probablement mal au dos. Vous en avez coché trois ou plus? Appelez vite un ostéo!

 

Ne négligez pas les signes de souffrance de votre cheval. Souvenez-vous que le cheval est une proie et fera donc toujours tout son possible pour cacher ses faiblesses. C’est à vous d’être attentif et d’apprendre à lire entre les lignes. Et au moindre signal d’alarme, faites intervenir un professionnel!

 

Vous devez aussi savoir comment fonctionne le dos de votre cheval et l’aider à bien l’utiliser lorsqu’il vous porte. Rappelez vous que le dos du cheval est comme un pont suspendu entre ses antérieurs et ses postérieurs.

 

Comment faire de ce pont fragile un soutien efficace pour le cavalier?

 

Deux systèmes permettent la tenue de ce pont : les muscles extenseurs du dos, au-dessus des vertèbres et les muscles fléchisseurs du dos, situés en-dessous de la colonne vertébrale. Quand un poids se pose sur son dos, le premier réflexe du cheval est de contracter ses muscles extenseurs du dos. C’est le plus facile mais c’est une mauvaise solution à long terme car en faisant cela il creuse son dos et la seule solution pour conserver cette position est de garder une tension constante des extenseurs du dos. Essayez de courir en portant une personne sur vos épaules et en gardant votre dos cambré en arrière. De plus, les vertèbres du cheval ne sont pas faites pour fonctionner en extension. Quand elles y sont forcées, il apparaît des blocages et des douleurs.

 

La deuxième solution consiste à fléchir le dos, c’est à dire à l’arrondir vers le haut. Cette position permet au cheval de se déplacer en portant un cavalier sans fatigue musculaire excessive et sans se faire mal. C’est la seule façon d’obtenir des allures souples, confortables pour le cavalier (si vous avez déjà monté un cheval qui se tient vous savez de quoi je parle!) et surtout dans lesquelles le dos du cheval fonctionne comme il se doit. Tout cavalier doit donc avoir pour but la flexion du dos du cheval, quel que soit son niveau et quel que soit celui du cheval. Si vous n’obtenez pas cela, vous faites mal au cheval. Comment l’obtenir? Certainement pas grâce à des enrênements, quels qu’ils soient. Pourquoi? Parce qu’un enrênement force le cheval à se tenir dans une position artificielle. En effet, un cheval enrêné va chercher une solution pour ne pas buter sur son enrênement. Pour cela, il va essayer plusieurs positions d’encolure, jusqu’à en trouver une qu’il arrive à tenir et qui lui permette de ne pas blesser sa bouche ou son chanfrein. On peut alors avoir l’impression que le cheval est « placé ». En réalité, il a seulement plié son encolure mais n’a pas modifié la position de son dos. La preuve est que si vous regardez bien vous vous apercevrez que ses postérieurs ne sont pas plus engagés qu’avant, que son dos n’a pas remonté et que la position de son garrot n’a pas changé non plus. Si vous le montez, vous n’aurez pas senti la montée du dos ni l’assouplissement des foulées. Ce n’est donc qu’une apparence sans aucun fondement juste. Alors il est vrai que notre société est basée sur les apparences et que peu de gens tentent de voir le fond des choses. A vous de décider : Voulez-vous opter pour la facilité et obtenir les louanges de personnes non averties alors que vous abîmez le dos de votre cheval? Ou voulez-vous préserver son dos, sa santé, son moral et sa fraîcheur et chercher un professionnel compétent qui vous guidera dans la recherche de l’équilibre et du travail juste pour le bien de votre cheval?

 

Parce que monter un cheval en préservant son dos n’est pas chose facile. Et oui, un cheval n’est pas fait pour être monté mais pour manger tête en bas une bonne partie de la journée. Par conséquent, il a naturellement un équilibre sur les épaules. Lorsque nous le montons, nous devons veiller à ne pas perturber son équilibre. C’est là le but du dressage. Pour monter un cheval sans lui faire mal, il faut donc dans un premier temps l’aider à trouver la position juste pour porter son cavalier sur son dos dès les premiers pas sans souffrir. C’est à dire qu’il faut lui prouver que fléchir son dos est bien plus confortable que de le creuser. Pour cela, le cavalier doit s’assurer que le cheval ne porte pas son nez au vent. Il vaut mieux qu’il garde sa tête basse. Attention, tête basse ne veut pas dire qu’il doit avoir le nez par terre! Simplement que son menton ne doit pas être plus haut que son poitrail. Cette position de l’encolure  impose une tension aux ligaments nucal puis supra épineux (cf schéma ci-dessous) qui vont fléchir le dos en tirant les épineuses des vertèbres vers l’avant.

 

Ligaments de l'encolure du cheval

 

Dans cette position, le cheval porte son cavalier sans avoir mal au dos, mais attention, s’il a la tête trop basse, il met trop de poids sur ses antérieurs et fatigue rapidement les muscles extenseurs de son encolure qui se retrouvent étirés. De plus, pour encourager le cheval à tendre son dos, on lui demande également d’engager ses postérieurs sous la masse afin de tendre sa ligne du dessus depuis l’arrière. Or c’est impossible si son encolure est trop étirée vers l’avant. En effet, le ligament supra-épineux est alors trop tendu et rend difficile la flexion thoraco lombaire et lombo sacrée nécessaire à  un bon engagement des postérieurs. On va donc laisser libres la tête et l’encolure du cheval, à condition qu’il ne se creuse pas, lui demander de tendre son dos par un travail sur les allures et des exercices sur plusieurs pistes. 

 

Flexion dos cheval chevaux ostéo ostéopathe ostéopathie magnétisme énergétique équin équine animale haute savoie 74 rhône alpes rhone gex genève

 

Au fur et à mesure du travail, votre cheval apprend à vous porter en équilibre aux trois allures et avec de plus en plus de souplesse et de force. Dès lors que son dos est relâché, sa nuque se décontracte et vous obtenez le véritable « placer », qui est en fait une conséquence du bon travail des postérieurs et du dos!

 

En résumé, si votre cheval est travaillé correctement et progressivement, son garrot monte et son dos s’arrondit peu à peu et devient capable de vous porter sans s’abîmer. Sinon, son dos se creuse, des douleurs s’installent puis des contractures et on risque le conflit d’épineuses (contact anormal entre deux apophyses vertébrales). Je vous donne rendez-vous dans un prochain articles pour en apprendre davantage sur la meilleure façon d’apprendre à votre cheval à tendre son dos et de l’aider à se muscler dans le bon sens!

 

En plus de la qualité du travail, un autre facteur à prendre en compte est celui de la selle. Effectivement, beaucoup de selles sont inadaptées au dos du cheval à qui elles sont destinées et causent des douleurs, ce qui se comprend si on considère le peu de modèles, de tailles et de taille d’arceau existant comparé au nombre de morphologies différentes : dos plus ou moins long, plus ou moins large, plus ou moins ensellé, garrot plus ou moins large ou plus ou moins prononcé… Si le garrot est trop large, l’arceau le pince ; si le dos est trop ensellé, la selle ne touche pas le dos en son milieu mais s’appuie sur le garrot et sur les lombaires, tout le poids reposant sur ces seules zones; si la gouttière est trop étroite elle touche les vertèbres, etc. Dans les deux cas, les zones comprimées s’enflamment et deviennent douloureuses. Il est très difficile de savoir si une selle est adaptée à son cheval ou non. Heureusement, de nos jours de nombreuses personnes proposent des services de saddle-fitting (on pourrait traduire « ajustement de la selle », au dos du cheval bien sûr). N’hésitez pas à y faire appel, une selle mal adaptée peut vous coûter bien plus cher qu’une séance de saddle-fitting. Et rassurez-vous, il n’est pas toujours nécessaire de changer de selle, il y a aussi beaucoup de possibilités d’adaptations grâce à des tapis et amortisseurs par exemple. Est-ce que le confort et la santé de votre cheval n’en valent pas la peine?

 

Selle et dos du cheval

 

La position et l’assiette du cavalier jouent aussi un rôle. Si vous pesez plus sur un côté de la selle, il comprime plus les muscles de ce côté, et déséquilibre le cheval qui doit compenser en tirant davantage sur certains muscles que sur d’autres. De plus, les muscles comprimés sont moins vascularisés, leur innervation motrice peut être perturbée, et ils s’engourdissent plus rapidement. Ils vont donc perdre en tonicité et fondre, ce qui accentue encore le déséquilibre du dos. Et concernant l’assiette, on citera par exemple les rebonds sur le dos du cheval au trot assis, ou les coups qu’il prend chaque fois qu’on se rassoit lourdement au trot enlevé… Alors si vous voulez préserver le dos de votre cheval, allez vous-même régulièrement chez un ostéopathe et trouvez quelqu’un qui vous aidera à acquérir une très bonne assiette. Vous devez coller à votre selle pour ne pas endommager le dos de votre cheval! 

 

Si le cheval vit en box, plusieurs facteurs peuvent aussi causer ou accentuer des maux de dos : par exemple, si les mangeoires et abreuvoirs ou les portes de box sont trop hauts, le cheval se tiendra tête en l’air et aura donc le dos creux, et si le sol présente des différences de niveau qui le forcent à se tenir les postérieurs plus hauts que les antérieurs, il creusera également son dos. N’oubliez pas que le cheval est fait pour marcher toute la journée tout en mangeant, tête au ras du sol! Tout ce qui l’encourage à se tenir dans une autre position est contre-nature et donc mauvais pour lui. Ne serait-il pas dommage de ruiner vos efforts pour préserver le dos de votre cheval à cause d’un mode de vie mal adapté?

 

Protéger le dos de votre cheval vous semble peut-être à présent très compliqué! Ce n’est pourtant pas le cas. On en arrive toujours au même point : tout est lié, chaque partie du corps a une influence sur toutes les autres. Protéger le dos de votre cheval se résume donc à cela :

– Vous assurer que ses conditions de vie soient les plus proches possibles de celles qu’il aurait dans la nature et que tous ses besoins soient couverts ;

– Vous assurer que ses pieds sont correctement parés ;

– Vous assurer que ses dents soient faites régulièrement ;

– Vous assurer que votre équitation respecte sa biomécanique et le respecte tout simplement ;

– Vous assurer qu’il voie régulièrement un ostéopathe.

 

En quoi mon travail d’ostéopathe peut-il aider votre cheval? 

Tout d’abord, je peux vérifier que le lieu de vie ou la selle ne sont pas en cause. Cela permet déjà d’éliminer si besoin deux facteurs déterminants. Je peux aussi vous dire si ses pieds son bien parés et soignés. Puis, par l’observation, par la palpation du dos et en discutant avec vous, je peux déterminer si le travail de votre cheval est correct, si votre cheval n’est pas musclé « à l’envers ». Et si besoin je peux vous conseiller sur ces différents points ou sur le choix d’une personne qui pourra vous aider.

Enfin, J’utilise les différentes techniques de soin dont je dispose pour :

– Éliminer les dysfonctions mécaniques ;

– Soulager les zones enflammées ;

– Éliminer les tensions ou contractures musculaires ;

– Dénouer les tensions viscérales qui tirent sur les vertèbres ;

– Résoudre les blocages ou déséquilibres énergétiques.

En deux mots, je peux éliminer la douleur et rendre souplesse et mobilité au dos de votre cheval. Et si je peux effectuer un suivi du cheval, je vais aider à une re-musculation correcte et équilibrée. Grâce à des techniques agissant sur les muscles et permettant leur développement ciblé, et en vous conseillant sur la marche à suivre pour rééduquer votre cheval.

 

Alors n’hésitez plus, faites vite les tests que je vous ai indiqués pour savoir si votre cheval a mal au dos! Et si vous avez le moindre doute, contactez-moi ou inscrivez-vous à un stage pour apprendre à préserver et à soulager vous même le dos de votre cheval

 

N’hésitez pas si vous avez des questions, je vous répondrai avec plaisir!

 

Laure Souquet
laure.souquet@wanadoo.fr
0033 (0)6 19 12 02 37

 

Étiquettes : , , , , ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. perrin anne-claire

    bonjour Laure ,

    cet article est passionnant ! avez vous d’autres vues du dessin des différents flux énergétiques d’organes qui traversent le cheval ?

    cordialement ,
    Anne-claire

    • Merci! J’ai rapidement dessiné le méridien vessie sur mon cheval mais j’ai tous les autres méridiens, oui.

      • perrin anne-claire

        merci d’avoir répondu ! auriez vous la gentillesse de me les envoyer par mail ?
        et où habitez vous ?
        j’aimerais vous rencontrer si cela est possible …
        merci

        • Oui bien sûr, je vous envoie ça cette semaine!
          J’habite près d’Annemasse, en Haute Savoie. Et vous, où êtes-vous?
          Si cela vous intéresse je suis en train de préparer un nouveau stage que je présenterai bientôt sur le site. Je souhaite y enseigner sur un weekend un ensemble simple de techniques empruntées à diverses méthodes de soin afin de donner aux cavaliers toutes les clés pour soigner efficacement leur cheval au quotidien.

      • Merci pour cet article vraiment très complet et super intéressant ! C’était un régal de le lire.

        A propos des méridiens, je me permets juste d’ajouter que si cela vous intéresse, cela peut être bien d’aller voir ça dans l’un des livres consacrés au shiatsu équin (Hervé Eugène ou Christelle Pernot p.ex.), parce que là p.ex., même si je suppose que c’était surtout une illustration simplifiée, le tracer est tout de même inexact 😉 Tout dépend si vous souhaitez juste vous donner une idée (auquel cas c’est très bien comme ça), ou si vous voulez voir quelque chose de plus précis.

        • Merci!
          Je confirme qu’il s’agissait là d’une illustration très simplifiée, juste pour donner une idée! Pour davantage de précision il faudrait même indiquer les reliefs osseux par exemple, ou les sillons entre certains muscles etc. Il existe en effet de nombreux livres qui les illustrent!

  2. Pingback: De l'inutilité des enrênements

  3. Pingback: Mâchoires bloquées après un accident | Animal Balance - Ostéopathie animale

  4. Pingback: La nuque du cheval | Équinessentiel

  5. lm92

    votre article est génial. Je suis très intéressée par les stages we dont vous parlez. Pouvez vous svp me tenir informée ? Je suis en région ouest parisienne. ..mais je me déplace sans problème ! !
    Auriez vous un ostéopathe sérieux qui pourrait suivre mon cheval svp? (Il est dans le 78 à 15 km de Versailles )
    merci

    • Merci! 🙂

      Les dates de stages seront publiées sur ma page facebook, je vous invite à y mettre un j’aime afin d’en être informée 😉 . Sinon, vous pouvez en organiser un par chez vous!
      Je vais noter vos coordonnées afin de vous tenir au courant.

      Je ne connais pas grand monde par là bas, juste une personne mais je ne sais pas si c’est son secteur. Je lui demande et si oui je vous enverrai ses coordonnées.

  6. degardenzi laure

    Bonjour mon cheval à eu la myopathie atypique au stade coucher et mortel il s en est sorti miraculeusement !!!! Aujourd’hui il a 5 ans juste débourer !!! Problème il n’y accepté pas les jambes ce cabre à la verticale !!!! Mal au dos ?

    • Bonjour,

      Comme toujours, sans voir votre cheval, et surtout sans le toucher, il m’est difficile de vous répondre. Bien sûr, si ce comportement est apparu suite à cette myopathie, il y a de fortes chances pour qu’il soit dû à des douleurs qui y sont liées.

  7. Laurie

    Bonjour, cet article m’a beaucoup aidé et il me manque juste une information : je voudrais monter mon cheval à cru quelques fois mais je ne voudrais pas lui faire mal. Est-ce découseillé si le cheval a un dos plutot concave ? Et pensez-vous qu’une monte a crue est plus confortable et présente moins de risque de douleur au dos qu’une monte avec selle ?
    Cordialement,
    Laurie

    • Bonjour,

      Je pense que tout dépend du tapis ou de la selle, et du temps passé en selle. A vrai dire, il n’existe pas de solution idéale à mon sens. La meilleure solution si vous le sellez est de faire intervenir une saddle fitteuse.

      Le problème d’un cheval au dos concave est qu’il doit être particulièrement bien monté pour ne pas en souffrir. Et selon moi il ne doit pas être monté longtemps, surtout tant qu’il n’est pas correctement musclé.

  8. J’ai beaucoup apprécié votre article sur le dos du cheval. Ou puis je trouver l’article auquel vous faites référence sur la meilleure façon d’apprendre à son cheval à tendre son dos et à le muscler dans le bon sens ça m’intéresserait beaucoup. Vous en remerciant par avance

    • Je n’ai malheureusement toujours pas eu le temps de l’illustrer et de le publier! J’espère que cela ne tardera plus!

  9. clément

    bonjour

    super article, j’aurais juste une question
    quand vous dites  » votre poids coupe donc la circulations du sang dans ces muscles, qui deviennent rapidement douloureux  »
    notre poids (le cavalier) fait-il tous le temps mal (quand nous sommes dessus)a notre cheval au niveau des dorsaux ?

    • Merci!

      Je ne dirais pas que notre poids fait tout le temps mal, mais il a été démontré qu’il coupe tout le temps la circulation dans les muscles.
      Ce qui fait une grosse différence dans le ressenti du cheval, c’est la façon dont le cavalier se tient. Un cavalier qui a un bon gainage sait faire léger en selle, alors qu’un cavalier peu tonique est très lourd à porter. Il en est de même quand nous portons un enfant par exemple : s’il se tient de façon tonique, il est très léger, alors que s’il se laisse aller mollement, il est très lourd! Et pourtant son poids ne change pas d’une situation à l’autre. Seule change sa tonicité!

      Alors pour gêner le moins possible notre cheval, il est important que nous soyons nous même tonique et musclé!

      • clément

        pensez-vous qu’arrêter l’équitation serait un bon moyen pour ne plus faire mal au cheval ?

  10. Laure,

    je voulais juste vous remercier de mettre à disposition vos réflexions. Elles me sont très souvent utiles et j’ai partagé votre page fb afin d’inciter les nombreux cavaliers que je connais à réfléchir un peu plus.

    Bravo.

    Peggy Reboul

    • Je vous remercie pour ce partage et je suis heureuse que mes réflexions vous soient utiles! 🙂

  11. MASSE

    votre article est passionnant !! J’ai actuellement un gros problème avec mon cheval camargue qui déjà un a pas mal grossi ces derniers mois et du coup c’est creusé du dos. Du coup quand je le monte, il cherche a accélérer au trot et au galop j’y arrive meme plus. mais après avoir lu votre article je suis plus que certaine que c’est un problème interne. Je suis entrain de lui faire un drainage du foie et des reins et l’osthéo revient mardi prochain mais j’aurais voulu savoir vos tarifs pour venir voir mon cheval. Je suis sur Arles dans le 13
    Merci d’avance

    • Bonjour,
      Je vous remercie pour votre intérêt pour mon travail, mais je ne me déplace malheureusement pas vers Arles!

  12. Elo

    Bonsoir,
    je viens de lire votre article qui est très intéressant!
    Je suis restée sur la phrase qui dit qu’une cicatrice de castration peut être la cause de récurrents blocages des lombaires.

    Cela m’intrigue, pourriez-vous m’en dire plus? Mon cheval se coince très souvent les lombaires ainsi que les hanches. Comment savoir si c’est la cicatrice qui cause ces problèmes? Je n’ai aucune idée comment s’est passé la castration et aucun moyen pour moi de savoir…

    Je vous remercie d’avance 🙂
    Belle soirée

    • Et bien pour le savoir il suffit de la tester : il faut la palper et l’étirer doucement vers le sol. Attention, ça peut se révéler dangereux si vous n’écoutez pas bien les signaux de votre cheval car s’il a mal il risque de taper. Préférez donc demander à un ostéopathe de vérifier la cicatrice. Ils connaissent les positions de sécurité et ont normalement l’habitude de ce pratiquer ce test qui devrait être systématique lorsque l’on soigne un hongre!

  13. Castalan

    Bonjour Laure, suite au passage pieds nus de mon cheval depuis un mois, je le chausse de boots pour les balades afin de faciliter la transition. J’ai remarqué qu’il cherchait à s étirer comme peut le faire un chien dès que je descend. Il ne faisait pas cela avant, qu en pensez vous ? Il ne présente pas d autre symptôme de douleur, ni point chaud, ni apréhension devant la selle. Merci pour vos articles qui vont dans le sens des chevaux et qui nous guide dans le bon sens. Dans l attente de vous lire, bonne soirée.

    • Vous voulez dire qu’il s’étire à la fin de la balade? Je pense que cela est positif. Peut-être ne le faisait-il pas auparavant car il aurait glissé avec les fers. Et si vous avez ri ou avez manifesté de la joie la première fois qu’il l’a fait, cela a pu l’encourager à réitérer ce comportement.

  14. Pingback: Bien monter à cheval | Équinessentiel

Soyez informé(e) de chaque nouvelle publication!